ActualitéDesign

[#AtelierFW] 8 choses à savoir sur le design d’expérience utilisateur

Qu’est ce que le Design d’expérience utilisateur ? Voilà le thème autour duquel s’est déroulé le dernier atelier FrenchWeb. Encore très flou en France, ce concept, également appelé UX Design, a été décrypté par Jean-François Marti, co-fondateur et président de l’agence Nealite, et Sylvie Daumal, auteur du premier livre en France sur ce sujet.

Principe, définition, méthodes, applications et obstacles… FrenchWeb vous propose de revenir en 8 points sur ce qu’il faut savoir du design d’expérience utilisateur.

Définition

« Design is not just what it looks like and feels like. Design is how it works ». Comme l’indiquait Steve Jobs, le design ne correspond pas au look ni à la forme mais, à comment cela fonctionne. L’UX design est ainsi orienté vers la résolution de problèmes. En somme, s’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de design. Cette définition implique un raisonnement précis. Il ne s’agit pas de penser, dans un premier temps, au design du site ou de l’application que l’on veut créer mais au problème que l’on veut résoudre et quels moyens devront être mis en place dans cet objectif. Le design – au sens graphique du terme – d’un produit ou d’un service arrive donc uniquement à la fin de cette réflexion. L’UX Design représente ainsi la capacité à rendre visuel quelque chose d’abstrait.

Les méthodes

Afin de comprendre l’UX Design, il ne faut pas raisonner via une maquette figée mais en partant d’une logique systémique. Trois étapes doivent ainsi être respectées. Il faut avant tout raisonner par empathie. Identifier le problème des utilisateurs et se mettre à leur place, car nous sommes tous différents. L’étape suivante, consiste à adopter une démarche d’idéation et non de réplication. L’objectif ici, est donc de favoriser l’émergence de nombreuses nouvelles idées. Une fois ces idées identifiées, il faut rapidement les tester. On opte alors pour un système d’itération : ne pas hésiter à développer des prototypes.

Les avantages 

Cette démarche pragmatique présente de multiples avantages. D’une part elle garantit une certaine performance. D’autre part, elle favorise l’innovation mais permet également d’augmenter la loyauté des clients. L’UX design offre donc la possibilité aux entreprises de générer plus de revenus.

L’UX design ou le moyen de se différencier

Compte tenu de la surabondance de produits et de la standardisation des services, le seul moyen de différenciation pour une entreprise ou une marque réside dans l’expérience. Partant de ce constat, ce n’est plus le produit qui créé l’expérience, mais l’expérience qui créé le produit. L’objectif pour l’entreprise est donc de créer un service « mémorable ». Parmi les exemples évoqués au cours de l’atelier : la nouvelle boutique Abercrombie ou encore les Apple stores de la marque à la pomme. Dans ces espaces, les consommateurs n’achètent alors pas un produit mais un souvenir.

Les difficultés rencontrées

Aujourd’hui, l’UX design est très peu enseigné au sein des écoles. Par ailleurs, les entreprises sont mal organisées pour recevoir des UX designers, en termes de missions, de process, mais également d’objectifs. Enfin, le monde de l’entreprise est dominé par l’intelligence analytique distincte de l’intelligence intuitive, propre aux UX Designers.

Quelle attitude adopter ?

L’UX Design est un métier très collaboratif. L’UX Designer ne doit surtout pas s’imposer comme décideur mais doit avoir un rôle d’expert et ainsi se positionner en agent du changement. L’UX designer doit par ailleurs bénéficier d’un sponsoring informel important (implication de l’ensemble des départements). L’UX Designer doit apporter un panel de solutions mais également maîtriser l’art narratif afin de pouvoir démontrer l’impact de son travail.

Quelles entreprises s’y sont mises ?

Les première entreprises à avoir adopté cette démarche sont les agences. Outre ces structures, les pure players figurent comme des pionniers en la matière de part leur culture liée à l’innovation et de leur structure flexible. Les acteurs du e-commerce figurent également parmi les premiers à avoir recours au UX Design. Une démarche boostée par de très bon feedbacks et des objectifs clients immédiats. De manière générale, les entreprises se mettent peu à peu au design expérience utilisateur car l’innovation est devenue la valeur de marque numéro 1, mais constitue également un fort levier de valeur. Or, l’innovation est directement liée à l’UX design. En France, des sociétés comme Décathlon sont clairement engagées dans cette démarche. Le marché français est toutefois encore très loin derrière ceux des Etats-Unis ou des pays nordiques.

Comment expliquer ce retard français ?

Ce retard tient à notre culture bien enracinée de la forme. Selon les intervenants, nous avons trop tendance à privilégier la forme au détriment du fond et donc à négliger la multiplication de prototypes. Pour que ce marché décolle, il faudrait donc que les entreprises françaises acceptent un cocktail d’intelligence intuitive et analytique. Le chemin est encore long !

Retrouvez l’interview de Sylvie Daumal, auteur du livre : Design d’expérience utilisateur – Principes et méthodes :


Ci-dessous les présentations de Sylvie Daumal et de Jean-François Marti :

 

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

6 thoughts on “[#AtelierFW] 8 choses à savoir sur le design d’expérience utilisateur”

  1. Si on parle en terme de design graphique, Google est superbement bien réalisé. C’est vrai qu’il semble vide et « très » sobre pour un néophyte, mais contrairement aux idées reçues (c’est vide donc pas très dur à faire) ce sont justement les design graphiques les plus sobres qui sont aussi les plus efficaces et paradoxalement les plus difficiles à créer. Exemple Apple… En gros, y a rien à jeter et c’est hyper efficace.
    Attention, ce n’est pas n’importe qui qui pourra arriver au même résultat.

    Et si vous êtes attentifs, vous vous rendrez compte que google est certes sobre, mais particulièrement travaillé dans ses plus petits détails (notamment la navigation). Un MUST !

    Un designer graphique subjugué par le talent des designers de Google

  2. Faire un article sur l’UX c’est bien, c’est rare ! Mais prendre en exemple le site Le Bon Coin et en conclure que c’est un bon exemple d’UX, les bras m’en tombent ! Ce site est un affront à ce qu’est l’UX, une négation du design et de l’utilisateur.

    Quid du HTML5, des parallaxes, du responsive design, des interfaces mobiles et autres scroll pages ? Quid de références sérieuses en matière d’UX ?

    1. Je crois que vous faîtes fausse route : le fond, la forme, toussa, toussa…

      En tout cas, un bel article sur l’UX Design. Ca fait plaisir de voir cette expertise mise en lumière comme elle le mérite.

    2. Effectivement le Bon Coin n’est pas un cas d’école pour ce qui est de la qualité de l’expérience utilisateur, mais c’est – entre autre – son aspect « amateur » / « fait par et pour des particuliers » qui a fait son succès, autant par le graphisme que par les interactions.

      Dans certains domaines une interface trop léchée, trop moderne, trop ‘pro’ peut faire fuir l’utilisateur; car synonyme de prix élevé…

      Pour moi LBC est un bon exemple du rôle qu’occupe le ressenti dans l’expérience utilisateur !

      1. C’est vrai ! Je suis complètement d’accord avec votre analyse Maxime R. Le parti pris « amateur » fait partie intégrante de l’UX LBC. En tant que designer / AD web, je regrette que ce soit LBC qui soit mis en avant comme référence française dans la vidéo d’ITW.

        @Alexis : je crois que vous n’êtes pas clair sur la « fausse route », toussa, toussa. Comment dissocier le fond de la forme sur un sujet comme l’UX :) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This