ActualitéArts et CultureBusinessDivertissement

Comment Diggers Factory aide les artistes à capitaliser sur le renouveau du vinyle

Interview d'Alexis Castiel, co-fondateur et CEO de Diggers Factory

Dans le sillage du streaming qui s’est imposé dans l’industrie musicale ces dernières années, le vinyle n’en finit plus de renaître de ses cendres. L’an passé, le marché du vinyle en France a connu une croissance de 10,2% avec 4,5 millions d’unités vendues, quand celui du CD s’écroulait de 27,1% dans le même temps, selon le bilan du Snep (Syndicat national de l’édition phonographique). Pour autant, si le marché du vinyle se porte bien, il n’est pas forcément simple pour un artiste de produire et distribuer des disques à sillons. C’est justement pour lever les barrières du marché que Diggers Factory a vu le jour en 2015.

Lancée par Alexis Castiel et Victor Périn, la start-up est spécialisée dans la production et la distribution de vinyles. Elle aide principalement les artistes indépendants à se lancer sur un segment d’activité attractif mais délicat. «Il y a trois freins principaux : ça coûte cher à produire, on ne sait pas combien de vinyles on doit produire, et c’est un secteur un peu complexe on ne sait pas où trouver les bons partenaires, les bons distributeurs, la bonne usine… et cela mène parfois à de mauvaises expériences», résume Alexis Castiel, co-fondateur et CEO de Diggers Factory.

Écoutez notre échange avec Alexis Castiel :

«Le streaming a aidé le vinyle»

Pour changer la donne, la société a opté pour un système de pré-commande qui permet de produire à la demande. Cette approche présente l’avantage d’assurer le financement de la production. En effet, les pré-commandes permettant de financer directement la production, les artistes n’ont plus besoin d’avancer de l’argent dans la vide et donc de prendre un risque qui pourrait les mettre en difficulté. De plus, cela permet d’éviter la surproduction de vinyles.

Dès lors, se tourner vers ce marché en plein renouveau peut se révéler particulièrement intéressant pour les artistes et pas seulement pour leur image. «Les artistes touchent entre 7 et 15 euros par vente via Diggers Factory, contre seulement quelques centimes pour chaque écoute via le streaming», indique Alexis Castiel. Avant d’ajouter : «90% des artistes dans la musique gagnent moins de 1 000 euros par an.» Un atout non-négligeable alors que le vinyle constitue surtout un object collecter, qui permet de développer un sentiment d’appartenance avec son artiste préféré. De quoi créer un lien spécial avec sa communauté, alors que le streaming est davantage propice à l’écoute compulsive et aux découvertes, un peu sur le même modèle que Netflix. Les deux secteurs sont complémentaires aux yeux d’Alexis Castiel : «Le streaming a aidé le vinyle.»

Diggers Factory, un modèle qui va bien au-delà du vinyle 

Pour se rémunérer sur ce marché qui a le vent en poupe, Diggers Factory prélève une commission de 25% sur les ventes de vinyles des artistes. Mais l’activité de la start-up ne se limite pas seulement à la vente des vinyles, ainsi qu’à la production, le mastering, la logistique, la promotion et la distribution dans les magasins. La société épaule aussi les artistes dans leur distribution digitale, notamment auprès des plateformes de streaming. De quoi permettre de boucler la boucle entre le streaming et le vinyle.

Présente à l’international, notamment en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis, marché-clé qui représente 40% du marché mondial du vinyle, la jeune pousse, qui a déjà réalisé deux levées de fonds, est en quête d’investisseurs pour poursuivre son développement. A ce jour, Diggers Factory emploie une vingtaine de collaborateurs et revendique près de 8 000 artistes clients dans 160 pays.

Bouton retour en haut de la page
Comment Diggers Factory aide les artistes à capitaliser sur le renouveau du vinyle
FinTech : Klarna s’offre Inspirock pour séduire les voyageurs
French Tech : Thierry Petit quitte Showroomprivé
Amazon expédie désormais plus de colis que FedEx aux États-Unis
[Silicon Carne] Comment la Tech peut réinventer notre système éducatif
Gaming : Piepacker lève 12 millions de dollars auprès de Lego
Startups: Station F lance un programme pour les grands débutants en entrepreneuriat