ActualitéAfriqueBusinessTechTransport

Comment Gozem espère construire la «super app» d’Afrique francophone

Interview de Grégory Costamagna, co-fondateur de Gozem

Gozem a commencé ses activités en 2018, d’abord au Togo, puis au Bénin. A l’origine de la startup, on retrouve Grégory Costamagna et Raphaël Dana, qui se sont alliés à Emeka Ajene pour lancer l’entreprise.

Son ambition? Proposer dans la même application un ensemble de services, à l’image d’entreprises comme Gojek ou Grab que Grégory Costamagna- dont vous pouvez retrouver l’interview ci-dessous- a pu expérimenter en vivant à Singapour. Avec cette fois-ci l’Afrique francophone en ligne de mire. Gozem vise «l’ensemble de l’Afrique francophone subsaharienne de l’ouest et du centre en partant de la République démocratique du Congo pour aller jusqu’au Sénégal».

L’activité initiale de la startup est un service de transports à la demande. Elle s’est lancée au Togo via les moto-taxis, puis s’est étendue aux voitures et aux tricycles. Elle a ensuite enchaîné avec le Bénin au milieu de l’année 2019. Dans ces deux pays, elle revendique 400 000 comptes créés et 2 000 chauffeurs actifs. La commission prélevée par Gozem tourne autour de 15%.

Transport, livraison, paiement et financement

A terme, la startup souhaite développer quatre services sur son app: le transport, la livraison, le paiement et le financement. Poussée par le Covid, elle a commencé son activité de livraison de repas. Afin d’accélérer sur ce segment au Togo, elle a mis la main sur la startup locale Delivroum, spécialisée dans le domaine. Pour le paiement, elle prévoit de lancer une cryptomonnaie en partenariat avec une banque dont elle ne dévoile pour l’instant pas le nom. Côté financement, elle propose déjà des prêts aux chauffeurs pour financer leur équipement de sécurité et leur smartphone. Cette possibilité est en train d’être étendue à leur véhicule de travail.

L’une des difficultés que rencontrent souvent les startups du continent pour se développer est de trouver des financements. Gozem, basé à Singapour, trouve des fonds. La startup a réuni 6 millions de dollars et est actuellement en train d’effectuer un tour de table de 3 millions de dollars. Elle envisage d’en réaliser un autre compris entre 10 et 15 millions de dollars avant la fin de l’année. Parmi ses investisseurs, elle cite par exemple les fonds Plug and Play ou encore Launch Africa.

Le volume d’activité de la jeune pousse se situe aujourd’hui autour de 5 millions de dollars, dévoile Grégory Costamagna. Après le Togo et le Bénin, Gozem est en train de se lancer au Gabon et de préparer son arrivée au Cameroun.

Retrouvez l’interview de Grégory Costamagna, co-fondateur de Gozem

Listen to « Comment Gozem espère construire la «super app» d’Afrique francophone » on Spreaker.

Bouton retour en haut de la page
Comment Gozem espère construire la «super app» d’Afrique francophone
[SEED] Collective.work lève 7 millions d’euros pour permettre aux freelances de travailler en équipe
NielsenIQ fait une nouvelle acquisition avec Foxintelligence
[SEED] LoneScale lève 1 million d’euros auprès de OneRagtime
Molotov condamné à verser 7 millions d’euros au groupe M6 et à cesser de diffuser ses chaînes
Agroalimentaire: NumAlim lance une base de données pour tout connaître des aliments
[SERIE C] Lydia rejoint le cercle des licornes françaises après une levée de 103 millions de dollars