A la uneEuropeMedia

Endemol, du flux à la chasse aux audiences

On a jamais autant visionné de contenus vidéos, mais cette consommation ne se fait plus au travers de la télévision. Pour la première fois en 2016, le support historique se voit rattrapper par Internet en terme de dépenses publicitaires, avec une stabilisation à 31,8% de parts de marché contre 32% pour le Web, selon les chiffres ZenithOptimedia. Dans ce contexte, c'est toute la chaîne de fabrication des programmes qui se voit bouleversée, avec au premier rang, les producteurs. Créé en 1994, Endemol, le propriétaire des Secret Story, The Voice (Shine), Master Chef, Miss France, ou encore Money Drop, aborde prudemment ces changements.

Pour comprendre les nouveaux usages, le groupe néérlandais qui finalise en France sa fusion avec son ex-concurrent Shine, s'est doté en 2014 d'une nouvelle division baptisée «Endemol Beyond». Deux ans plus tard, ce laboratoire des nouveaux formats revendique 2 milliards de vidéos vues dans le monde, et par mois, sur un contenu «natif». Une petite révolution pour un producteur historique de la TV. Mais qui reste loin des 4 milliards de vidéos vues sur YouTube, des 8 milliards sur Facebook, ou encore des 10 milliards sur Snapchat… par jour.

Pour le producteur de divertissement, jeux et fictions, les formats télévisés ne sont toutefois pas morts. Ce sont les modes de consommation linéaires qui sont révolus. «Le contenu visionné sur le Web est majoriatirement du contenu produits pour la TV. Le replay est moins important,» observe Julien Brault, directeur digital et diversification à Endemol.

Pour inverser la tendance, la télévision connectée amenant la publicité ciblée est donc sérieusement étudiée par les diffuseurs et leurs producteurs. Rest à définir qui aura le droit d'exploiter quoi. De fait, l'or noir de la data va être ardemment négocié avec les producteurs qui ont aussi tout intérêt à garder la main sur leurs contenus, face à la montée en puissance des acteurs tels Netflix et Amazon Prime Video. Pour l'heure, ces derniers sont «des partenaires» ou «des clients».

A l'heure de nouvelles plateformes vidéos over-the-top, Endemol sort de la logique de «flux» pour aller vers les audiences. Son prochain défi sera de trouver sa place dans la prochaine révolution qui fera la part belle à la «télévision adressable»

Fondateur: John De Mol

Siège : Aubervilliers

Date de création : 1994

Effectifs : 100 en France, (200 avec Shine)

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Endemol, du flux à la chasse aux audiences
La startup Ibat se positionne sur la transformation digitale du BTP avec une levée de 2,4 millions d’euros
Google
Droit voisin: pourquoi Google et la presse française s’affrontent
Louis Pouzin, pionnier français du web en croisade pour « un autre internet »
Mailjet racheté par son concurrent américain Mailgun
La Libra n’est « pas la bienvenue en Europe »
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
Copy link