ActualitéBusinessFinTech

FinTech: après le scandale Wirecard quelles sont les « leçons à tirer au niveau européen »?

AFP

Le scandale de la faillite de la société allemande Wirecard, important prestataires de services de paiement, devra amener à tirer des leçons « au niveau européen » sur le contrôle de ce type d’activités, estiment des experts du gendarme français de la finance. Pour Olivier Fliche, directeur du pôle FinTech innovation de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), et Geoffroy Goffinet, adjoint au directeur des autorisations, ce scandale questionne moins le secteur des FinTech dans son ensemble que le contrôle du secteur du paiement.

Peut-on tirer des leçons de l’affaire Wirecard en Allemagne sur la surveillance des entreprises évoluant dans la finance et la technologie?

Olivier Fliche : Nous avons eu des échanges au niveau européen pour se coordonner, comprendre ce qui se passait et évaluer les conséquences que ça pouvait avoir en France pour les clients des filiales régulées de cette société. Nous sommes bien sûr en train de traiter ces aspects à chaud mais il y aura aussi des leçons à tirer, à plus long terme, au niveau européen lorsque nous aurons plus de recul. Je souligne que les réglementations financières sont adaptées à chaque activité. Elles sont les mêmes pour tous les acteurs, qu’ils soient technologiques ou pas. En d’autres termes, quand on contrôle, la notion de FinTech n’entre pas en ligne de compte.

Dans quelle mesure les questions réglementaires sont-elles prises en compte par les fintechs qui se présentent à l’ACPR?

La situation est extrêmement diverse. Des start-up viennent avec des projets à tous niveaux de maturité, y compris les plus faibles. Il nous arrive d’avoir des contacts avec des entrepreneurs qui ont juste une idée et qui disent « je veux me lancer pour un système innovant de paiement, que faut-il faire? » C’est là où le pôle fintech-innovation de l’ACPR prend tout son sens. Notre travail consiste à parler avec eux, leur faire exprimer leur idée et surtout à faire correspondre cette idée à des notions réglementaires. Il faut détecter, dans le projet qui nous est soumis, l’activité qui va faire l’objet d’une régulation.

Certains projets ne tombent pas dans le champ de la réglementation financière et d’autres partiellement ou totalement. Il y a aussi des acteurs plus mûrs, par exemple des anciens du secteur. Leur projet est souvent plus ancré dans la réalité opérationnelle et réglementaire. Entre ces deux bouts du spectre, on a à peu près toutes les situations. La tendance vraiment majoritaire aujourd’hui des projets que nous voyons, c’est le paiement, sous toutes ses formes.

Comment l’ACPR s’assure-t-elle que les fintech intègrent bien la réglementation dans leur développement?

Geoffroy Goffinet : D’abord, nous vérifions que le demandeur dispose d’une gouvernance appropriée. Nous vérifions que les dirigeants effectifs ont une connaissance du domaine réglementaire, qu’ils sont qualifiés et disposent d’une expérience pour fournir des services de paiement. Nous vérifions également la nature et le nombre des services de paiement fournis, ce qui influence les exigences en fonds propres et donc le montant de capital dont l’entité doit disposer lorsqu’elle démarre ses activités. Quand on est sur des fintech innovantes, la frontière entre les différents services est parfois compliquée à qualifier.

Troisième pan, nous étudions les aspects relatifs au business plan, pour s’assurer qu’elles ne fassent pas faillite à court terme, mais également qu’elles puissent répondre aux exigences en fonds propres sur le moyen terme afin de couvrir les trois premières années d’exercice. Nous vérifions que les procédures de contrôles internes sont robustes, notamment dans le domaine de la lutte contre le blanchiment et de la protection des fonds des clients, deux points particulièrement sensibles dans le secteur des paiements.

Enfin, la Banque de France émet un avis lors de la procédure d’agrément sur la sécurité des moyens de paiement proposés. Ensuite, le contrôle est continu. Il y a des exigences de reporting pour expliquer le développement des activités. Le risque de fraude ne disparaît jamais totalement. C’est pourquoi nous avons des alertes qui remontent par différents canaux, notamment les plaintes de consommateurs. L’ACPR peut être également saisie par les commissaires aux comptes. Enfin, nous exerçons notre propre veille.

Olivier Fliche : On a aussi la faculté d’effectuer des contrôles sur place, pour se rendre compte de la réalité du fonctionnement. Ce n’est pas automatique mais ça peut se faire, soit lorsqu’on a un doute, soit de façon aléatoire. Cette méthode n’existe pas dans tous les pays européens mais nous pensons qu’elle est très utile pour exercer complètement notre mission de contrôle.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
FinTech: après le scandale Wirecard quelles sont les « leçons à tirer au niveau européen »?
La plateforme OTT Alchimie lance son projet d’IPO pour s’étendre à l’international
Quelle est cette startup que s’arrachent les investisseurs français?
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia