ActualitéBusinessRetail & eCommerce

French Tech : Thierry Petit quitte Showroomprivé

C’est la fin d’un immense chapitre de sa carrière d’entrepreneur. 15 après avoir créé Showroomprivé avec David Dayan, Thierry Petit a annoncé son départ du spécialiste du déstockage en ligne. S’il a indiqué quitter ses fonctions opérationnelles au sein de l’entreprise le 31 décembre prochain, Thierry Petit restera cependant au board de Showroomprivé en tant que vice-président du conseil d’administration et actionnaire à hauteur de 17% du capital de la société. David Dayan, qui en détient 26%, conserve quant à lui son poste de PDG. De son côté, François de Castelnau, arrivé de Gifi en 2019 comme directeur général des finances pour participer au redressement du groupe, deviendra directeur général délégué à partir du 1er janvier.

Dans une publication partagée sur LinkedIn, Thierry Petit a expliqué les raisons de son départ : «Cette décision est le fruit d’une longue réflexion initiée il y a plusieurs années et n’est que l’aboutissement d’une volonté d’accorder plus de temps à la fois à des projets que je menais déjà en parallèle de Showroomprivé mais aussi au développement de nouveaux projets plus personnels autour de l’impact et du bien commun. Cette décision est donc finalement une suite logique dans l’évolution de ma vie professionnelle, mais également personnelle.»

Showroomprivé se relève après plusieurs années difficiles

Le départ de l’entrepreneur français intervient à un moment où Showroomprivé retrouve des couleurs après plusieurs années compliquées. Après une crise de croissance et un plan de transformation lancé il y a deux ans, l’entreprise, qui propose des ventes à durée limitée à partir de stocks d’invendus des grandes marques de mode, de beauté ou encore d’ameublement, tire pleinement profit de sa restructuration et de l’explosion du commerce en ligne pendant la pandémie de Covid-19. Showroomprivé va mieux et ça s’en ressent sur ses performances financières, avec notamment un résultat positif de 13,9 millions d’euros en 2020, contre une perte de 70 millions d’euros en 2019. Quant au chiffre d’affaires, il a augmenté de 13% pour atteindre les 697 millions d’euros l’an passé.

En Bourse, le redressement est plus difficile avec une valorisation actuelle de près de 135 millions d’euros, contre plus de 650 millions d’euros lors de son introduction en 2015. Le marché boursier se montre particulièrement sévère en raison de difficultés dans la chaîne logistique et d’une base de comparaison défavorable, dans la mesure où les ventes s’envolaient en pleine crise du coronavirus il y a un an.

Ce sont d’ailleurs les dernières années tourmentées du concurrent de Veepee (ex-Vente-privée) qui ont conduit Thierry Petit à patienter avant de se tirer sa révérence. «La situation de Showroomprivé m’a poussé à retarder cette échéance afin de me concentrer sur la relance du groupe après la crise de croissance que nous avons connue. Aujourd’hui, c’est fait : notre plan de performance porte ses fruits et Showroomprivé renoue avec la croissance rentable. Notre organisation est de fait moins dépendante de mon rôle», a-t-il expliqué. C’est désormais en tant qu’observateur privilégié de Showroomprivé qu’il suivra la trajectoire de l’une des plus belles histoires de la French Tech.

REVOIR l’interview de Thierry Petit à l’occasion du documentaire We Love Entrepreneurs :

Bouton retour en haut de la page
French Tech : Thierry Petit quitte Showroomprivé
Amazon Prime, le pari risqué mais réussi de Jeff Bezos
PrestaShop tombe dans le giron du groupe italien MBE Worldwide
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte
[Silicon Carne] Le réel contre-attaque
Qu'est ce qu'un Webinar
Quel format choisir pour rendre votre webinar intéressant ?