ActualitéBusinessJeux VideoMarketing & Communication

Gaming: qui est Admix, cette startup qui veut monétiser jeux vidéo et métavers?

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Alors que le métavers est sur toutes les lèvres depuis que Facebook en a fait une de ses priorités, une startup londonienne tente de se faire un nom sur ce marché encore flou. Baptisée Admix, elle vient de clôturer un tour de table de 25 millions de dollars en série B, auprès notamment d’Elefund, Force Over Mass, DIP Capital, Notion Capital, Speedinvest, ainsi que Kuvi Capital et plusieurs business angels de l’industrie du jeu.

Lancé en 2018 sous l’impulsion du Français Samuel Huber et de Joe Bachle-Morris, Admix s’est donné pour mission de mettre en relation les marques avec l’univers du gaming, dans le cadre de publicités directement intégrées aux jeux. Pour ce faire, la startup a développé un outil de monétisation, In-Play, basé sur des SDK “no code”. Les éditeurs peuvent ainsi facilement intégrer dans leurs jeux une plateforme dédiée aux annonceurs clients, qui se comptent par milliers selon Admix. L’entreprise a notamment signé des contrats pour des campagnes avec Calvin Klein, Uber, Airbnb et McDonald’s.

Basée à Londres et présente essentiellement en Amérique du Nord, l’entreprise tient néanmoins à se distancer des agences. « Alors que bon nombre d’acteurs dans notre secteur sont essentiellement des agences, Admix construit une infrastructure indispensable pour que les créateurs puissent monétiser leur contenu de la meilleure façon qui soit », explique Samuel Huber, PDG et co-fondateur d’Admix.

Conquérir le marché français du gaming

Afin de surfer sur la nouvelle vague du métavers, la startup prépare sa solution à s’intégrer dans ce nouvel espace où réel et virtuel se confondent. « Nous voyons l’Internet entrer dans une nouvelle ère : le Web 3.0, ou métavers, caractérisé par des interactions 3D en temps réel et une nouvelle économie centrée sur les créateurs, dont le moteur est l’industrie du jeu vidéo », poursuit le PDG d’Admix. « Nous positionnons In-Play comme la solution de monétisation pour les jeux vidéo et le métavers. »

L’entreprise ambitionne désormais de s’étendre à d’autres pays, en particulier en France, où le gaming occupe une place de choix. Admix développe actuellement une stratégie dédiée à ce marché et devrait prochainement annoncer l’ouverture d’un bureau français. En parallèle, la startup prévoit de financer la création d’outils de monétisation dédiés au métavers.

Facebook est en effet loin d’être le seul à travailler sur ce projet, puisque des éditeurs de jeux vidéo, à l’instar d’Epic Games (Fortnite), investissent des millions dans les recherches sur le métavers. Minecraft, Fortnite ou Roblox ont connu une accélération considérable lors de la pandémie en proposant aux joueurs une vie alternative dans leurs univers virtuels, et semblent bien décider à faire partie des pionniers du métavers.

Admix : les données clés

Fondateurs : Samuel Huber et Joe Bachle-Morris
Création : 2018
Siège social : Londres
Secteur : gaming, publicité
Activité : outil de monétisation


Financement : 25 millions de dollars en série B, auprès notamment d’Elefund, Force Over Mass, DIP Capital, Notion Capital, Speedinvest, ainsi que Kuvi Capital et plusieurs business angels de l’industrie du jeu.

Bouton retour en haut de la page
Gaming: qui est Admix, cette startup qui veut monétiser jeux vidéo et métavers?
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom