ActualitéArts et CulturesChiffres ClesComEtudesEuropeLes ExpertsTech

«Le netlinking, c’est le nerf de la guerre du SEO»

Le référencement naturel – autrement dit SEO pour Search Engine Optimisation – est un travail indispensable si on veut être visible sur les moteurs de recherche. Ce n’est pas par hasard qu’on arrive en première position sur une liste de résultats Google ! Le netlinking est au cœur de ce sujet, mais il n’est pas toujours évident de faire les choses en bonne et due forme. C’est pourquoi l’étude suivante a été menée par l’agence de référencement naturel Eskimoz pour savoir quelles sont les pratiques gagnantes de rédacteurs Web professionnels. C’est parti !

Infographie-Netlinking-Linkbaiting-Lien-Naturel-Ancre-Etude-SEO1

Quel est l’intérêt du netlinking?

Le netlinking, c’est tout simplement le nerf de la guerre qu’est le SEO ! Il s’agit d’une pratique qui consiste à faire augmenter le nombre de liens qui mènent vers un site Web donné. Plus un site a de liens de qualité, plus il a de chances de gagner des positions sur Google.

On comprend l’importance de ce travail lorsqu’on sait qu’un site Web qui se trouve dans le top 3 des positions sur Google drainera bien plus de trafic qu’un site en deuxième page. La grande majorité des clics ont lieu en première page, et 60% des clics sont partagés entre les trois premiers résultats qui sont les plus visibles pour l’internaute.

Il faut multiplier les liens hypertextes de qualité, donc. Mais qu’est-ce qu’un lien de qualité ? Cette étude sur une série de liens créés naturellement par des professionnels du Web nous apporte des éléments de réponse sur la question.

Bien comprendre cette étude

Pas évident de comprendre les données de cette étude sur le netlinking si on ne baigne pas déjà dans le SEO… C’est pourquoi quelques explications s’imposent pour bien comprendre les résultats !

  • 82% des liens étudiés étaient issus d’une recherche effectuée par l’auteur de l’article, contre 18% de liens issus d’une publicité. On voit donc que les rédacteurs Web vont plutôt choisir des sources qu’ils ont trouvées par leurs propres moyens.
  • 91% des sources pointées via des liens sont des sites de type média. Ces sites permettent en effet d’apporter des informations supplémentaires à l’article publié.
  • 79% des sources font plus de 400 mots : cela montre que si on veut encourager des rédacteurs web à faire un lien vers notre site, on aura de meilleures chances si le texte fait au moins 400 mots.
  • 74% des sources contiennent des données chiffrées… Tout comme cet article ! Les chiffres apportent de la précision au contenu et attirent donc des lecteurs susceptibles de faire un lien vers la page lorsqu’ils écriront eux-mêmes sur le sujet.
  • 83% des ancres utilisées sont naturelles. Une ancre est le texte sur lequel on pose un lien, et il faut choisir ce texte avec soin. Une ancre naturelle est un texte qui peut potentiellement s’appliquer à n’importe quel texte, comme « cliquez ici », « en savoir plus ici » ou « ici ». Une ancre naturelle s’oppose à une ancre optimisée, ce qui revient à une ancre mot-clé, comme « offre d’emploi » ou « location d’appartement ». Il existe aussi des ancres semi-optimisées qui se composent d’un mot-clé et d’une ancre naturelle, comme « ce site d’offres d’emploi ».
  • 56% des ancres comportent un nom de marque ! Logique : quand on parle d’une marque, on la cite de nom et on en profite pour faire un lien vers le site en question.
  • 96% des sources ont au moins une illustration comme une image ou une vidéo. Une preuve que les visuels attirent les lecteurs…
  • 94% des liens sont en Do Follow. Le Do Follow, c’est un morceau de code qui indique à Google de bien prendre en compte la puissance du lien créé. On peut également choisir le No Follow si on souhaite ne pas booster le site vers lequel on fait un lien. C’est souvent la stratégie de sites ayant un trafic important. Avec une proportion de liens Do Follow aussi importante parmi les liens créés, il semblerait qu’il ne soit pas essentiel d’avoir beaucoup de liens No Follow dans son profil de liens pour qu’il soit naturel.
  • 68% des pages visées par les liens sont des pages internes, c’est-à-dire des pages autres que la page d’accueil du site pointé. Nous pouvons en déduire qu’il faudrait veiller à recevoir des liens sur les pages internes de son site !
  • 63% des sites pointés ont l’extension .fr et 34% sont des .com : les sites en .fr sont les plus populaires. On ignore pour l’instant si le choix de l’extension a un réel impact sur le référencement de manière générale, mais on sait que les sites en .fr sont mis en avant lors d’une recherche Google effectuée en France.

 

Quelle conclusion tirer de cette étude ?

Vous l’aurez deviné : le netlinking repose sur une multitude de facteurs très variés, à la hauteur de la complexité des algorithmes de Google ! Cette étude donne un aperçu précieux des pratiques « naturelles » de personnes qui produisent spontanément du contenu web sans chercher à faire du référencement à proprement parler.

L’essentiel dans le SEO, c’est de faire attention à rester discret aux yeux de Google en adoptant des pratiques de linking « naturelles ». Il est donc pertinent de prendre en compte les données de cette étude dans l’élaboration de sa stratégie de netlinking. Exit les ancres optimisées à outrance et les sites avec du contenu copié collé depuis des encyclopédies en ligne… Cette étude confirme ce que bon nombre de référenceurs savaient déjà : la qualité du contenu est roi, et la discrétion des liens est reine !

 

[tabs] [tab title= « A propos »]

Andrea Bensaid

Andréa Bensaid est le fondateur de l’agence de référencement Eskimoz, basée à Paris et fort d’une expérience de 10 ans dans le SEO. Il accompagne les entreprises de toutes tailles dans leur stratégie de visibilité sur le Web.
Retrouvez-le sur :

Google + ;
Linkedin ;
Facebook ;
Twitter :

[/tab] [/tabs]

Tags

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.

Sur le même sujet

2 thoughts on “«Le netlinking, c’est le nerf de la guerre du SEO»”

  1. Salut Andréa ! Merci pour cette étude et ces nouvelles informations. Je ferai bien de les appliquer diligemment. Cependant, je pense bien que l’idéal est de varier au plus possible le contenu produit et les ancres créés pour éviter les patterns.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This