ActualitéAffaires publiquesBusiness

Les géants de l’internet ont payé moins de 37,5 millions d’euros d’impôts en 2011

Un montant qui aurait du normalement dépasser le milliard d’euros révèle la Fédération française des télécoms dans une récente étude.

Google, Apple, Facebook, Amazon ou encore Microsoft. Toutes ces firmes qui boxent dans la catégorie poids lourds d’internet peuvent revendiquer, outre le titre de champion du secteur, la médaille d’or de l’optimisation fiscale. En 2011, les géants du Web n’ont payé que 37,5 millions € d’impôt au fisc français, quand ils devraient payer « plus de 800 millions d’euros d’impôts et, entre 400 et 700 millions de TVA en France, si leurs activités de production avaient été soumises aux règles de marché locales, sans aucune optimisation » révèle aujourd’hui la Fédération française des télécoms d’après une étude deGreenwich.

Dénoncés en février par l’OCDE, les procédés d’optimisations fiscales comme le « sandwich hollandais », ou le double Irlandais (l’utilisation de sociétés virtuelles en Irlande, sorte de coquilles vides bénéficiant de la législation locale mais sans réelles activités) permettent à certaines sociétés « de ne payer que 5 % d’impôts sur les bénéfices, alors que des entreprises plus petites en acquittent jusqu’à 30 % » notait alors l’organisation.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Les géants de l’internet ont payé moins de 37,5 millions d’euros d’impôts en 2011
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?