ActualitéRetail & eCommerce

Paiement en ligne: le taux de fraude en baisse pour la première fois depuis 2008

Le montant nominal de la fraude sur internet continue, lui, toutefois d’augmenter et représente en 2012 61% du montant total des fraudes à distance.

450 millions. C’est le montant total en euros des fraudes à la carte bancaire réalisées en 2012, d’après les résultats publiés hier par l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement.

D’après l’étude, le montant et le taux des fraudes à la carte bancaire, au global, continuent d’augmenter. Une tendance générale qui vient être contrebalancée par le taux de fraude sur internet qui baisse, quant à lui, pour la première fois depuis 2008.

Selon l’enquête relayée par l’AFP, le taux s’élève en 2012 à 0,290%, contre 0,341 % en 2011. Cette amélioration s’expliquerait notamment par la multiplication des dispositifs de sécurité qui prévoient une étape supplémentaire lors de l’achat en ligne: un code envoyé par sms ou une date de naissance à préciser.

Selon l’observatoire, ces dispositifs couvrent désormais 27,5% des transactions, contre 23% en 2011.

Cet engouement doit toutefois être nuancé puisque le montant nominal de la fraude sur internet continue, pour sa part, à augmenter pour atteindre, en 2012, 109 millions d’euros, soit 61% du montant total des fraudes à distance.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Paiement en ligne: le taux de fraude en baisse pour la première fois depuis 2008
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street