ActualitéBusinessMarketing & CommunicationTech

Publicité en ligne: Google condamné à une amende de 220 millions d’euros en France

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

L’Autorité de la concurrence annonce une sanction à l’encontre de Google pour avoir favorisé ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne. Le géant américain s’est vu infliger une amende de 220 millions d’euros.

« À la suite de saisines de News Corp Inc., du groupe Le Figaro et du groupe Rossel La Voix, l’Autorité de la concurrence rend aujourd’hui une décision sanctionnant Google (…) pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché des serveurs publicitaires pour éditeurs de sites web et d’applications mobiles », a déclaré le régulateur.

L’Autorité a en effet constaté qu’un « traitement préférentiel » s’appliquait aux technologies proposées sous la marque Google Ad Manager, ce qui a fortement pénalisé ses concurrents sur le marché des SSP ainsi que les éditeurs de sites et d’applications mobiles. Google, qui n’a pas contesté les faits, a proposé des engagements pour améliorer l’interopérabilité des services Google Ad Manager avec les solutions tierces de serveur publicitaire et de plateforme de mise en vente d’espaces publicitaires, ce que L’Autorité a accepté.

«Première décision au monde se penchant sur les processus algorithmiques complexes d’enchères»

« La décision sanctionnant Google a une signification toute particulière car il s’agit de la première décision au monde se penchant sur les processus algorithmiques complexes d’enchères par lesquels fonctionne la publicité en ligne ‘display’ », commente Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence. « Cette sanction et ces engagements permettront de rétablir un terrain de jeu équitable pour tous les acteurs, et la capacité des éditeurs à valoriser au mieux leurs espaces publicitaires. »

En mai dernier, Google avait déjà été visé par une enquête en Allemagne pour des pratiques supposées mettre en danger la concurrence, suite à une nouvelle application d’une loi récente renforçant les pouvoirs d’action contre les géants du numérique.

Bouton retour en haut de la page