ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTransport

Voiture autonome : la startup britannique Five lève 41 millions de dollars pour changer d’approche

Il n’y a pas qu’aux États-Unis que la course à la voiture autonome s’accélère. En Europe, des start-up tentent aussi de tirer leur épingle du jeu dans un secteur prometteur mais très complexe. C’est le cas notamment de la start-up anglaise Five qui vient de boucler un tour de table en série B de 41 millions de dollars. Trustbridge Partners, Direct Line Group et Sistema VC, ainsi que les investisseurs historiques Lakestar, Amadeus Capital Partners, Kindred Capital et Notion Capital, ont participé à l’opération. Celle-ci porte à 78,7 millions de dollars le montant total levé par l’entreprise britannique depuis sa création.

Fondée en 2015 par Ben Peters, John Redford, Simon Walker, Stan Boland et Steve Allpress, la start-up britannique s’était fixée pour objectif initial de développer des voitures entièrement autonomes. Dans ce cadre, Five (ex-FiveAI), dont le nom fait référence au niveau 5 de conduite autonome recherché par les start-up du secteur puisqu’il s’agit du stade ultime pour une voiture autonome, où aucune intervention humaine n’est requise, a développé des véhicules équipés de dizaines de capteurs, ce qui a permis de constituer un véritable réservoir de technologies pour l’industrie automobile. A terme, l’idée était d’exploiter sa propre flotte de voitures autonomes au travers d’une plateforme de robotaxis pour contrer Uber, à l’image du réseau de taxis autonomes de Tesla souhaité par Elon Musk

Un pivot similaire à celui d’Apple

Cependant, face à la difficulté de développer des véhicules totalement autonomes, l’entreprise a décidé de s’appuyer sur ce vivier de technologies pour pivoter. Elle prévoit désormais de commercialiser son savoir-faire technologique sous licence à d’autres constructeurs de voitures autonomes. Dans un premier temps, Five va ainsi proposer un logiciel permettant de mesurer le degré de précision des systèmes de conduite autonome d’un véhicule. 

Ce virage de la start-up britannique rappelle celui d’Apple avec son «Projet Titan». L’ambition de la firme américaine est désormais de concevoir une intelligence artificielle au service des véhicules sans chauffeur, et non une voiture autonome comme envisagé dans un premier temps. En juin 2017, Tim Cook avait cependant estimé que la voiture autonome «était la mère de tous les projets d’intelligence artificielle». 

Five est l’un des fers de lance du consortium StreetWise, qui vise à tester des voitures autonomes dans l’agglomération londonienne. Soutenu par le gouvernement britannique, le projet peine cependant à décoller. Fin 2019, une expérimentation sur un parcours de 19 kilomètres au sud de Londres a été lancée. Elle était initialement prévue en 2018. 

Waymo a levé plus de 2 milliards de dollars 

Une lenteur qui tranche avec la rapidité d’exécution de Waymo, la filiale d’Alphabet spécialisée dans les voitures autonomes. En effet, l’entreprise américaine avait annoncé dès décembre 2018 le lancement commercial de son service de taxis autonomes, Waymo One, dans l’Arizona. Ce dernier implique la présence d’un humain sur le siège conducteur pour prendre le contrôle de la voiture en cas d’urgence. Déterminée à avancer rapidement, la filiale d’Alphabet propose toutefois depuis cet été à des abonnés de ce service des trajets sans humain derrière le volant, dans l’après-midi et parfois en soirée, à Phoenix et sa banlieue. 

Pour mettre les doublées doubles dans sa technologie de conduite autonome, Waymo vient d’ailleurs de boucler un premier tour de table externe de 2,25 milliards de dollars auprès de plusieurs investisseurs, comme le fonds américain Andreessen Horowitz et le fonds souverain émirati Mubadala, et de sa maison-mère Alphabet. Pour se renforcer, Waymo avait également mis la main en décembre 2019 sur la start-up britannique Latent Logic, spécialisée dans l’apprentissage par imitation pour améliorer la conduite autonome des voitures. Une acquisition qui avait permis à la filiale d’Alphabet d’établir son premier centre d’ingénierie en Europe. Selon les données de Crunchbase, les start-up s’intéressant à la conduite autonome ont levé 15 milliards de dollars jusqu’à maintenant. Il en faudra probablement des dizaines d’autres pour faire de la voiture autonome la norme sur les routes du monde entier. 

Five : les données clés

Fondateurs : Ben Peters, John Redford, Simon Walker, Stan Boland et Steve Allpress
Création : 2015
Siège social : Cambridge (Royaume-Uni)
Activité : conduite autonome


Financement : 41 millions de dollars en mars 2020, 35 millions de dollars en septembre 2017…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Voiture autonome : la startup britannique Five lève 41 millions de dollars pour changer d’approche
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Coronavirus: les hôpitaux de Paris produisent en 3D les équipements qui leur manquent
Share via
Copy link