ActualitéBusinessTransport

VTC: après l’IPO de Didi Chuxing, la Chine ordonne son retrait des magasins d’applications

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

L’autorité chinoise chargée de la cybersécurité a ordonné dimanche le retrait de l’application de services de VTC Didi Chuxing des plateformes en ligne après avoir constaté « une violation grave de la réglementation en matière de collecte des données des utilisateurs ». Cette décision survient deux jours après l’annonce de l’ouverture d’un enquête sur Didi Chuxing par cette même administration « pour prévenir des risques sur la sécurité de données nationales, garantir la sécurité nationale et protéger l’intérêt du public ».

Surnommé le Uber chinois, Didi, qui a levé 4,4 milliards de dollars à l’occasion de son entrée à la Bourse de New York en milieu de semaine dernière, avait vu son titre chuter de 5,30% à 15,53 dollars vendredi à la clôture de Wall Street à la suite de l’annonce de l’enquête de Pékin. L’autorité chinoise de surveillance de la cybersécurité a indiqué dimanche que les investigations menées avaient révélé une « infraction grave de la réglementation en matière de collecte et d’utilisation des données personnelles » de la part de Didi Chuxing. Elle a ajouté qu’elle demandait aux magasins en ligne de supprimer cette application de leurs plateformes et à Didi de « corriger les problèmes existants et de protéger efficacement les informations personnelles des utilisateurs ».

Dans un communiqué, Didi a assuré qu’il « effectuerait des rectifications (…) et continuerait à protéger la confidentialité des utilisateurs et la sécurité des données ». L’inscription de nouveaux clients était déjà impossible depuis l’ouverture de l’enquête, a confirmé Didi, qui précise toutefois que les utilisateurs qui avaient téléchargé auparavant son application pouvaient continuer à l’utiliser et que les courses commandées ne seraient pas affectées.

Leader sur le marché chinois des véhicules avec chauffeur

Fondé en 2012 par Cheng Wei, un ancien cadre du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, Didi est disponible dans 15 pays, dont la Chine, la Russie et l’Australie. L’entreprise revendique 15 millions de chauffeurs et 493 millions d’utilisateurs actifs par an. Elle domine le marché chinois des véhicules avec chauffeur depuis qu’elle a chassé son rival américain Uber en 2016 au terme d’une guerre des prix impitoyable.

Didi a réalisé un chiffre d’affaires de 21,6 milliards de dollars en 2020 et de 6,4 milliards de dollars au premier trimestre 2021. L’application est le dernier géant chinois de la tech à être dans le viseur des autorités chinoises, après Alibaba qui s’était vu infliger une amende de 2,3 milliards d’euros pour abus de position dominante, ou encore le géant technologique Tencent, qui a essuyé des sanctions financières au sujet d’acquisitions et de concentrations.

Bouton retour en haut de la page
VTC: après l’IPO de Didi Chuxing, la Chine ordonne son retrait des magasins d’applications
Deezer s’écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, dans un contexte « difficile »
FinTech : les levées de fonds ralentissent au premier semestre
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Pixmania, la nouvelle aventure entrepreneuriale de Steve et Jean-Emile Rosenblum
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
Guerre des talents, Skill gap, Grande Démission… Comment répondre aux nouveaux enjeux RH des entreprises?

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media