ActualitéAmérique du nordBusinessDivertissementStartup

Clap de fin pour l’application phénomène HQ Trivia

Les Américains ne pourront plus gagner des millions sur HQ Trivia. L’application de quiz vient de mettre la clé sous la porte, sur fond de discordes internes et de difficultés de financement. Sa chute aura été aussi fulgurante que son ascension. Après avoir atteint des sommets début 2018, la start-up new-yorkaise s’est effondrée de manière inexorable par la suite. Une chute qui s’est donc achevée en ce mois de février avec le licenciement des 25 collaborateurs travaillant encore dans l’entreprise.

Après moins de trois ans d’existence, c’est l’acquisition avortée de HQ Trivia qui aurait précipité sa chute, selon les propos de Rus Yusupov, co-fondateur et CEO de la jeune pousse américaine, obtenus par CNN Business. «Nous avons reçu une offre d’une entreprise établie pour acquérir HQ et continuer à bâtir notre vision, nous avions des accords définitifs et des documents juridiques, ainsi qu’une date de clôture prévue pour demain, et pour des raisons sur lesquelles nous enquêtons toujours, ils ont soudainement changé de position et malgré nos meilleurs efforts, nous n’avons pas pu parvenir à un accord», a ainsi expliqué Rus Yusupov le 14 février. 

L’acheteur potentiel en question serait Whistle (ex-Whistle Sports), selon la journaliste de CNN, Kerry Flynn. «Malheureusement, nos principaux investisseurs ne sont plus disposés à financer la société», a précisé Rus Yusupov. Faute d’argent suffisant dans les caisses pour continuer l’aventure, celle-ci a donc pris fin. Mais ce triste épilogue paraissait inévitable au regard des événements de ces derniers mois.

Après le record, la mort du co-fondateur 

Pourtant, les choses avaient bien commencé pour Rus Yusupov et Colin Kroll, les créateurs de Vine. Lancée en octobre 2017, l’application HQ Trivia avait rapidement gagné des milliers d’utilisateurs, séduits par ce quiz quotidien en direct (deux fois par jour en semaine, une fois par week-end), qui leur permettait de remporter une belle somme d’argent s’ils répondaient correctement aux 12 questions posées par un animateur euphorique, le plus emblématique étant le comédien Scott Rogowsky. Ce dernier avait quitté l’entreprise l’an passé suite à un désaccord avec Rus Yusupov. 

Devenue populaire en quelques mois, HQ Trivia avait réussi à attirer 2,3 millions de joueurs en simultané lors d’une session en mars 2018. Un record établi quelques semaines après un tour de table de 15 millions de dollars mené par Founders Fund pour assurer le développement de l’application. La société était alors valorisée autour de 100 millions de dollars. Cependant, les mois qui ont suivi ont été un long chemin de croix, avec une baisse continue du nombre d’utilisateurs… et un drame. En effet, Colin Kroll, co-fondateur de la société, a trouvé la mort à seulement 34 en décembre 2018 après avoir été victime d’une overdose de drogues.

HQ Trivia «empoisonné par un cocktail létal d’incompétence, d’arrogance, de manque de vision et de délires sociopathiques»

Malgré des partenariats avec des marques et des médias, comme Nike, Google ou NBC, l’entreprise américaine, qui n’avait pas opté pour un modèle publicitaire, n’est pas parvenue à inverser la tendance. Minée par les problèmes techniques, la présence de bots, des gains de plus en plus faibles le à cause d’un nombre croissant de gagnants et la concurrence d’applications similaires, l’application a vu sa base d’utilisateurs fondre comme neige au soleil. Malgré le lancement de nouvelles fonctionnalités en guise de baroud d’honneur, une grave crise interne a fini par porter l’estocade. 

Ne faisant plus l’unanimité au sein de sa société, Rus Yusupov, a été la cible d’une pétition interne dans l’optique de le destituer. Celle-ci a été signée par plus de la moitié qui personnel qui lui reprochait sa gestion de l’entreprise. Et plutôt que d’ouvrir le dialogue, le patron de HQ Trivia a choisi de licencier les instigateurs de cette mutinerie. A l’annonce de l’arrêt de l’entreprise, Scott Rogowsky a réagi de manière fracassante sur les réseaux sociaux : «HQ n’est pas mort de causes naturelles. Il a été empoisonné par un cocktail létal d’incompétence, d’arrogance, de manque de vision et de délires sociopathiques.»

En dépit de son succès éclair et de ses 15 millions de téléchargements au total, cette application américaine aura été victime d’un modèle économique trop fragile et d’un management toxique. Toutefois, d’autres start-up qui ont voulu surfer sur le succès de HQ Trivia dans le monde, à l’image de l’application française Flashbreak ayant levé 1 million d’euros en avril 2018, n’ont pas connu un destin plus glorieux. Preuve que la recette n’est pas suffisamment aboutie pour gagner des millions.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Clap de fin pour l’application phénomène HQ Trivia
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
tiktok
Comment TikTok veut séduire les PME européennes
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD
Télétravail: quelles sont les principales mesures validées par la majorité des partenaires sociaux?
Comment le service de location de voitures Carlili veut s’étendre en France