ActualitéAmérique du nordBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

Cloud : la licorne franco-américaine Snowflake lève 479 millions de dollars et s’allie avec Salesforce

Le cloud et le big data ne cessent d’atteindre des sommets, et ce n’est pas Snowflake qui s’en plaindra. Preuve en est, la licorne franco-américaine vient de boucler un nouveau tour de table de 479 millions de dollars. Ce série G a été menée par Dragoneer Investment Group et Salesforce Ventures, le fonds de capital-risque du spécialiste des logiciels de la relation client (CRM). A cette occasion, le géant américain a d’ailleurs noué un partenariat avec Snowflake, dont les contours seront dévoilés en juin prochain, à l’occasion du Snowflake Summit, la conférence annuelle de la start-up californienne. 

Les investisseurs historiques, à savoir Sequoia, Altimeter Capital, ICONIQ Capital, Madrona Venture Group, Redpoint Ventures et Sutter Hill Ventures, ont également participé à l’opération. Celle-ci porte la valorisation de la société à 12,4 milliards de dollars, soit plus du triple de la précédente. En effet, lors de son tour de table de 450 millions de dollars en octobre 2018, la licorne franco-américaine était valorisée à hauteur de 3,9 milliards de dollars. 

En route pour Wall Street ?

Fondée par deux Français, Benoît Dageville et Thierry Cruanes, deux anciens d’Oracle, avec l’appui de Marcin Zukowski, la start-up est spécialisée dans la mise en place d’un entrepôt virtuel de données (cloud data warehouse) qui permet aux clients d’en tirer des indicateurs et des analyses simplifiées sur de gros volumes stockés. Concrètement, la société a développé une plateforme permettant de centraliser les données d’une entreprise, qu’elles soient structurées ou non, de manière à ce que les équipes puissent en extraire la matière principale pour avoir un aperçu des performances réalisées et effectuer des prévisions par exemple. 

Snowflake se positionne sur un marché très florissant, dans la mesure où de plus en plus d’entreprises optent pour une approche multi-cloud. Dans ce contexte, la start-up s’attèle à faciliter le déplacement des données entre les principales plateformes cloud. Ainsi, l’offre de Snowflake est déployée sur les infrastructures cloud d’Amazon, Microsoft et Google. Bien que la licorne franco-américaine apparaisse comme un concurrent de ces géants du secteur, elle est aussi l’un des principaux clients d’Amazon, qui propose pourtant Redshift, une offre similaire à celle de Snowflake.

Ce tour de table et celle alliance avec Salesforce doivent permettre à la société de consolider sa position sur le marché du cloud data warehouse. Cela place également la société dans les meilleures conditions avant d’effectuer ses premiers pas à Wall Street. Dans ce sens, Snowflake a d’ailleurs nommé Frank Slootman au poste de CEO. Ce dernier avait notamment mené ServiceNow, autre entreprise de cloud computing, jusqu’à la cotation en Bourse. A ce jour, Snowflake revendique 3 400 clients, dont Accor, JetBlue, Netflix, Electronic Arts et Monoprix.

Snowflake : les données clés

Fondateurs : Benoît Dageville, Thierry Cruanes et Marcin Zukowski
Création : 2012
Siège social : San Mateo (États-Unis)
Secteur : Cloud
Activité : stockage de données centralisé


Financement : 479 millions de dollars en février 2020, 450 millions de dollars en octobre 2018…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Bah elle n’est pas du tout française cette boîte.
    Il faudrait peut-être qu’on se mette à mettre en valeur les boîtes françaises qui se démènent comme elles peuvent sans les avantages financiers que d’autres vont chercher aux US…

Cloud : la licorne franco-américaine Snowflake lève 479 millions de dollars et s’allie avec Salesforce
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link