ActualitéBusinessEuropeFinTech

FinTech: N26 quitte-t-il vraiment le Royaume-Uni à cause du Brexit?

N26 quitte le marché britannique. Officiellement, la néobanque allemande impute ce retrait au Brexit. «Les délais et le cadre définis dans l’accord de retrait de l’UE signifient que la société ne sera plus en mesure d’opérer au Royaume-Uni avec sa licence bancaire européenne», a t-elle déclaré. Pour continuer à opérer dans le pays après la période de transition qui court jusqu’à décembre, il faudrait que l’entreprise fasse une demande de licence bancaire britannique. Or, la startup a pris la décision de plutôt quitter le pays pour ce qui ressemble surtout à un recentrage business. Il faut dire que le marché britannique des néobanques est particulièrement concurrentiel.

Trouver sa place

N26 a investi le marché britannique en octobre 2018. En avril 2019, bien après le référendum sur le Brexit, elle communiquait même encore sur ses volontés d’expansion au Royaume-Uni avec notamment l’ambition d’y doubler ses effectifs. Autre élément qui rend la raison officielle de ce retrait encore plus étonnante: en octobre dernier dans une note de blog intitulée « How N26 is preparing for Brexit” et qui a depuis été effacée, la néobanque tentait alors de rassurer les utilisateurs leur assurant que quelle que soit la décision finale, cela n’aurait pas d’impact sur leurs comptes N26 revendiquait autour de 200 000 utilisateurs.

En réalité, malgré un discours officiel qui faisait état d’une forte croissance- en avril dernier N26 déclarait par exemple enregistrer jusqu’à 1 000 nouveaux clients par jour au Royaume-Uni- il semblerait en réalité que l’entreprise avait du mal à trouver sa place sur un marché ou d’autres acteurs sont déjà bien installés.

Sarah Kocianski est responsable de la recherche pour 11:FS, spécialisé dans le conseil aux FinTech

Monzo, Revolut, Starling Bank déjà bien implantés

En effet, N26 s’est ainsi retrouvé face à Monzo, néobanque britannique fondée en 2015 et qui revendiquait déjà 3 millions d’utilisateurs en septembre 2019. L’Allemand devait aussi faire avec la présence d’autres acteurs locaux comme Revolut ou encore Starling Bank.

Côté pratique, les utilisateurs ont jusqu’au 15 avril pour clôturer leurs comptes. En ce qui concerne les employés basés au Royaume-Uni, l’entreprise explique que la majorité d’entre eux se verront proposer d’autres postes au sein de la société.

Si N26 abandonne le marché britannique, la néobanque s’est en revanche récemment lancée un autre défi de taille: conquérir le marché américain. Elle vient de déclarer y avoir atteint 250 000 utilisateurs après 5 mois de présence. Affaire à suivre. Au niveau global, la néobanque britannique revendique 5 millions de clients.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH. Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media
FinTech: N26 quitte-t-il vraiment le Royaume-Uni à cause du Brexit?
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Coronavirus: les hôpitaux de Paris produisent en 3D les équipements qui leur manquent
Copy link