ActualitéAfriqueBusinessFinTechRetail & eCommerce

FinTech : Stripe met la main sur la startup nigériane Paystack

La FinTech africaine poursuit son éclosion sur la scène internationale. Après Mastercard qui a investi l’an passé 56 millions de dollars dans Jumia ou encore Visa qui a conclu en début d’année un partenariat avec la start-up nigériane Paga, qui développe une application de paiement, c’est au tour de Stripe, spécialiste américain des paiements en ligne, d’accroître sa présence sur le continent africain. Dans ce sens, la licorne californienne vient de procéder à l’acquisition de la FinTech nigériane Paystack. Le montant de l’opération est supérieur à 200 millions de dollars, selon des sources proches du dossier.

Fondée en 2015 par Ezra Olubi et Shola Akinlade, la société africaine permet aux commerçants en ligne de toutes tailles d’accepter facilement une large gamme de moyens de paiement. Un concept qui n’est pas sans rappeler celui de Stripe. C’est d’ailleurs pour cette raison que Paystack a été régulièrement surnommé le «Stripe de l’Afrique». A ce jour, les services de paiement de Paystack sont utilisés par plus de 60 000 entreprises au Nigeria et au Ghana.

Stripe a mené la série A de Paystack en 2018

Passée par le prestigieux accélérateur américain Y Combinator, comme Stripe, la société nigériane a levé 11,7 millions de dollars depuis sa création. Lors de sa série A en août 2018, Paystack avait collecté 8 millions de dollars. Une opération dirigée par Stripe. Après être monté au capital de l’entreprise africaine et l’avoir conseillée dans son développement, le groupe américain dirigé par Patrick Collison a donc décidé d’aller un cran plus loin en passant par la case rachat.

Paystack traite actuellement plus de la moitié des transactions en ligne au Nigeria et veut s’étendre dans d’autres pays sur le continent africain. «Cette acquisition donnera à Paystack les moyens nécessaires pour développer de nouveaux produits, soutenir davantage d’entreprises et consolider le marché africain des paiements, qui reste extrêmement fragmenté. Leur croissance peut dynamiser l’écosystème technologique africain et nous sommes impatients de les voir se développer», a déclaré Matt Henderson, responsable des activités de Stripe dans la région Europe, Moyen Orient et Afrique.

Avec Paystack, la licorne américaine, présente dans 42 pays, poursuit son expansion à l’international. Dans ce cadre, elle avait d’ailleurs levé 600 millions de dollars en avril dernier. La FinTech a actuellement le vent en poupe de l’autre côté de la Méditerranée puisqu’il s’agit du secteur le mieux financé de la Tech africaine. En effet, les FinTech africaines ont capté 41,4% des investissements du continent en 2019, soit 836 millions de dollars, selon les données du fonds Partech Africa. Le marché financier africain, et plus précisément bancaire, représente ainsi une belle opportunité. «La pénétration de la banque de détail en Afrique ne représente que 38% du PIB, soit la moitié de la moyenne mondiale pour les marchés émergents», rappelait McKinsey dans un rapport publié en 2018.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
FinTech : Stripe met la main sur la startup nigériane Paystack
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?