ActualitéAsieBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

Les 10 start-up qui ont réalisé les plus gros tours de table en Chine en 2017

A l’heure de se souhaiter la nouvelle année partout dans le monde, c’est l’heure de jeter un oeil dans le rétro pour faire le bilan de l’année écoulée. Si l’Asie est un écosystème en plein essor, la Chine a pourtant connu un léger ralentissement au niveau du financement des start-up en 2017. En effet, les jeunes pousses chinoises ont levé au total 51,6 milliards de dollars l’an passé, contre 53,9 milliards de dollars en 2016, selon la base de données de Tech in Asia. Cependant, le ticket moyen a augmenté dans le même temps pour atteindre 31,9 millions de dollars.

10. Cainiao

  • 799 millions de dollars levés en 2017 

Lancée en 2013 par Alibaba en partenariat avec 15 sociétés de livraison chinoises, Cainiao est une plateforme logistique qui vise à accélérer les livraisons des produits commandés en ligne. En 2017, la firme de Jack Ma a porté sa participation dans Cainiao à 51% pour prendre le contrôle de l’entreprise de logistique, qui affirme gérer 57 millions de livraisons par jour. Le géant chinois du commerce en ligne prévoit d’injecter 12,75 milliards d’euros dans Cainiao sur cinq ans. A l’horizon 2020, la plateforme entend assurer 145 millions de livraisons par jour.

9. Mobike

  • 815 millions de dollars levés en 2017

L’an passé, la guerre des bicyclettes a fait rage en Chine. Ofo et Mobike ont en effet multiplié les investissements en 2017 pour s’imposer sur le marché chinois mais aussi à l’international. En janvier, Mobike avait d’abord levé 215 millions de dollars avant de boucler un tour de table de 600 millions de dollars en juin dernier.

Contrairement aux services de partage de vélos publics lancés par de nombreuses municipalités à travers le monde, comme le Vélib’ à Paris, Mobile offre la possibilité de prendre et déposer un vélo de la société n’importe où dans la ville. Pour cela, l’application mobile de la start-up géolocalise les vélos disponibles, qui peuvent être débloqués en scannant un QR code présent sur chaque vélo.

En 2017, Mobike a pris son envol à l’international en lançant son service à Manchester, qui est devenue la 100ème ville où la société opère et la première en dehors de l’Asie. Désormais, la start-up chinoise est opérationnelle dans 200 villes à travers le monde.

8. Ele.me

  • 1 milliard de dollars levés en 2017

Créée en 2008 par Jia Kang et Xuhao Zhang, Ele.me est une entreprise chinoise spécialisée dans la livraison de repas à domicile. Cette dernière assure les livraisons via des scooters électriques, plus respectueux de l’environnement, alors que la Chine est le premier pollueur de la planète. A ce jour, Ele.me revendique 260 millions d’utilisateurs dans 2 000 villes chinoises, qui commandent des repas auprès de 1,3 million de restaurants.

Pour se développer, la société chinoise peut compter sur le soutien fidèle et régulier d’Alibaba. Après avoir injecté 1,25 milliard de dollars dans Ele.me en avril 2016, le mastodonte du commerce en ligne a de nouveau injecté 1 milliard de dollars dans le service de livraison de repas à domicile en juin 2017.

7. Bytedance 

  • 1 milliard de dollars levés en 2017

En Chine, Bytedance brille par son curateur d’information Toutiao, qui revendique 120 millions d’utilisateurs. L’agrégateur de presse chinois rassemble des informations et des vidéos de centaines de médias et utilise l’intelligence artificielle pour construire un flux d’information sur-mesure pour ses utilisateurs. En l’espace de cinq ans, il est devenu l’un des plus grands services d’information au monde. Chaque jour, les lecteurs de Toutiao passent en moyenne 74 minutes sur l’application, soit le double du temps passé sur Snapchat.

En novembre 2017, Bytedance s’est fait remarquer en mettant la main sur l’application Musical.ly. Cette dernière, qui revendique plus de 200 millions d’utilisateurs dans le monde, permet de réaliser de courtes vidéos musicales et de les partager sur l’application et les autres réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram…). Actuellement valorisée 20 milliards de dollars, Bytedance détient également Flipagram, TopBuzz et Tik Tok.

6. Koubei

  • 1,1 milliard de dollars levés en 2017

Koubei, une autre entreprise financée par Alibaba, a levé 1,1 milliard de dollars l’an dernier. Fondée en 2004, Koubei est une plateforme dont l’objectif est de connecter les commerçants physiques avec les consommateurs en ligne. Initialement positionné sur les produits alimentaires et les boissons, le service s’est progressivement ouvert à un ensemble plus vaste de marchands afin d’élargir la gamme d’offres disponibles. Koubei permet notamment aux commerçants de proposer le paiement mobile ou encore de lancer des campagnes de promotion.

En misant sur l’expansion de sa plateforme de services locaux, Daniel Zhang, CEO d’Alibaba, cherche à développer des relais de croissance en dehors du commerce électronique pour assurer la pérennité du groupe. Le géant chinois doit affronter la concurrence de Tencent, son grand rival sur le créneau O2O (online-to-offline). Ce dernier édite l’application de messagerie instantanée WeChat, qui compte 963 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

5. Ofo

  • 1,2 milliard de dollars levés en 2017 

Comme Mobike, Ofo n’a pas ménagé ses efforts pour s’étendre en 2017. Le service de partage de vélos chinois avait débuté l’année en fanfare en levant 450 millions de dollars avant de récidiver l’été dernier avec un tour de table de 700 millions de dollars. Dans les deux opérations, Alibaba figure une nouvelle fois parmi les investisseurs.

Fondée en 2014 par Xue Dong, Zhang Siding et Dai Wei, Ofo opère dans 200 villes réparties dans 20 pays (Chine, Singapour, États-Unis, Royaume-Uni…). La société revendique plus de 10 millions de vélos en circulation dans le monde. En 2017, Ofo a notamment lancé son service à Londres, Milan, Vienne, Prague ou encore Paris.

4. NIO

  • 1,7 milliard de dollars levés en 2017

Le jeune constructeur chinois NIO a le vent en poupe. Après s’être fait connaître avec l’EP9, une supercar électrique qui s’était illustrée en Formule E, seul championnat de courses automobiles utilisant des véhicules propulsés par un moteur électrique, NIO vient de présenter l’ES8, son premier SUV électrique à destination du grand public.

Avec ce modèle, NIO entend bien séduire la classe moyenne chinoise. L’ES8 se présente également comme le rival chinois du Tesla Model X. Certes, le SUV électrique de NIO est moins performant que le modèle de la firme d’Elon Musk, mais il est toutefois beaucoup moins cher.

En 2018, le constructeur chinois devrait poursuivre son essor. Dans ce sens, il pourra certainement compter sur le soutien des géants Tencent et Baidu, qui ont déjà investi dans la société.

3. Daikuan

  • 2 milliards de dollars levés en 2017

En 2017, les néobanques n’ont cessé de pousser un peu partout dans le monde. N26, Revolut, Orange Bank… La liste n’en finit plus de s’allonger. La Chine n’a pas échappé au phénomène. Et la pépite locale se nomme Daikuan. Cependant, la FinTech chinoise ne propose pas une gamme complète de services financiers, mais se concentre uniquement sur les prêts pour les acheteurs de voitures d’occasion. En 2017, Daikuan a levé la bagatelle de 2 milliards de dollars.

2. Meituan-Dianping

  • 4 milliards de dollars levés en 2017

En octobre, le géant chinois Meituan-Dianping, qui développe une application d’achats groupés et de services locaux, avait frappé fort en bouclant un tour de table de 4 milliards de dollars mené par Tencent. Le groupe chinois est né de la fusion en octobre 2015 de Meituan et Dianping, deux plateformes rivales qui développent des services en ligne d’avis, de recommandation d’adresses ou encore d’offres à prix réduit chez des commerçants physiques.

Positionné sur le créneau O2O (online-to-offline), Meituan-Dianping revendique 280 millions d’usagers. Le groupe propose notamment des coupons à prix réduit pour des réservations de restaurants, des livraisons de repas à domicile ou encore des tickets de cinéma. Sur son segment d’activité, Meituan-Dianping doit faire face à Alibaba, avec sa plateforme Koubei, et Tencent, avec son application de messagerie multi-services WeChat.

1. Didi Chuxing

  • 9,5 milliards de dollars levés en 2017 

Intouchable, Didi Chuxing est de très loin la société qui est parvenue à lever le plus d’argent en Chine l’an passé. En deux tours de table, le premier de 5,5 milliards de dollars en avril et le deuxième de 4 milliards de dollars en décembre, la plateforme chinoise a ainsi levé pas moins de 9,5 milliards de dollars en 2017. A ce jour, elle revendique 450 millions d’utilisateurs et 21 millions de chauffeurs.

Après avoir intensifié ses efforts dans l’intelligence artificielle, avec l’ouverture d’un laboratoire de recherche aux États-Unis, basé à Mountain View, Didi Chuxing pourrait enfin choisir de sauter le pas en 2018 pour se déployer à l’international. Le Brésil, le Mexique et le Taïwan sont les pays pressentis pour débuter cette expansion mondiale. Après avoir poussé Uber à se retirer de la Chine à l’été 2016, la société chinoise souhaite désormais concurrencer la firme américaine dans le monde entier. Nouvelles sueurs froides à venir pour Dara Khosrowshahi…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

1 thought on “Les 10 start-up qui ont réalisé les plus gros tours de table en Chine en 2017”

  1. Vous avez dit plus de 51 milliards de dollar$ ? c’est un peu moins qu’en 2016 mais c’est surtout en faveur de seulement 2 start-ups dédiés au développement durable (les transports doux) . Pas un seul million pour les éco-tech, ni pour les énergies nouvelles renouvelables alors que , comme vous l’indiquez pour Ele.me, la Chine est le premier pollueur de la planète dans 2 000 villes chinoises ultra polluées où les citoyens ont manifesté en 2017 contre l’atmosphère insupportable. Pourtant fin décembre 2017, la Chine a mis en service la première autoroute solaire: génial ! A nous les startuppeurs français de faire comme Renaullt qui a misé 4 millards d’euros dans le véhicule électrique en …2014 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This