Actualité

Resilience : réinventer la façon de soigner le cancer

FIRESIDE CHAT - Céline Lazorthes, Co-fondatrice & Co-CEO de Résilience care et Richard Menneveux, Fondateur et CEO de FrenchWeb. Par Laurence Faguer, Expert Retail FrenchWeb

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

C’est lors de la conférence annuelle de Zendesk à Paris que Céline Lazorthes nous a présenté Resilience Care au cours d’une session avec Richard Menneveux, rédacteur en chef de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE Media

Il y a 14 ans, alors étudiante, Céline Lazorthes coordonne le week-end d’intégration de son école de commerce. Fastidieux semble-t-il, parce que de ce projet lui vient l’idée de créer Leetchi, une plateforme faisant office de cagnotte en ligne. En 2015, Leetchi est racheté plus de 50 millions par le groupe Crédit Mutuel Arkéa. Céline Lazorthes demeure alors Présidente du Directoire du groupe Leetchi jusqu’en novembre 2020. Et il n’aura fallu que deux mois à l’entrepreneuse pour… replonger dans l’entrepreneuriat. Richard Menneveux interroge Céline sur ce choix.

Mes amis ne me connaissent pas !

Céline Lazorthes : “J’ai vécu 10 ans d’une vie entrepreneuriale passionnante mais assez éreintante. J’ai eu la chance que cela se finisse par le haut, mais franchement cela aurait pu se finir par le bas.

Quelle vie après l’aventure Leetchi ? 

Ses amis lui disaient « qu’évidemment elle allait remonter une boïte », elle-même se sentait épuisée. « Mes amis ne me connaissent pas ! », pensait-elle à cette époque…

Trois choses lui ont donné l’envie de fonder à nouveau une entreprise : un certain état d’esprit ( “ Entrepreneur un jour, entrepreneur toujours “), la rencontre professionnelle avec Jonathan Benhamou, créateur de PeopleDoc (“ Il est sorti au même moment que moi, une très belle réussite”) et la crise de la Covid. 

« En mars 2020, sous l’impulsion de Thomas Clozel, fondateur de Owkin, nous avons créé un collectif, Protège ton soignant, pour récolter de l’argent pour acheter du matériel médical et le livrer dans les centres médicaux », explique l’entrepreneuse. « Le phénomène a pris une ampleur considérable puisqu’en quelques semaines, nous avons été 200 volontaires à temps plein, tous organisés par Whatsapp. Au total, nous avons récolté 7,5 millions d’euros, et aidé 400 établissements médicaux partout en France. Ce fut durant 5 mois une aventure humaine extraordinaire. Cela nous a donné l’envie d’entreprendre ensemble et de constater qu’il y avait tout à réinventer dans le secteur de la santé, et que servir les autres rejoignait nos attentes »

Qu’est-ce que la Résilience ?

Résilience est une application de télésurveillance thérapeutique des patients à distance, prescrite par l’oncologue. « Nous avons créé Résilience avec l’Institut Gustave Roussy, basé à Villejuif, qui est le 5ème centre de lutte contre le cancer dans le monde ».

Pourquoi Resilience ?

« Les patients atteints d’un cancer sont de plus en plus chez eux, et ils suivent un traitement en grande partie oral. C’est confortable d’être chez soi mais ce sont des traitements qui ont beaucoup d’effets secondaires. il faut pouvoir joindre son équipe de soin. Or à l’hôpital, personne n’est en mesure de vous répondre. Résultat, 30% des patients sont non adhérant à leurs traitements, parce qu’ils ont des effets secondaires et ont peur : ils ne le prennent pas et attendent le prochain rendez-vous qui est 3 ou 6 mois plus tard. Les conséquences peuvent être graves ». 

L’expérience utilisateur

Un sms est envoyé au patient chaque semaine. Celui-ci va répondre à quelques questions. En fonction des effets secondaires saisis par le patient sur l’appli et transmis à l’équipe de soins qui assure le suivi, le patient va être guidé vers des contenus personnalisés – articles, vidéos, podcasts. 

« Nous allons aussi lui proposer de participer à des soins-support, groupes de parole ou à notre programme de méditation et de yoga, créés par Résilience, qui va lui permettre d’avoir une meilleure qualité de vie », précise la cofondatrice.

« L’algorithme va trier les données des patients et donner l’alerte s’ il y a certains symptômes qui, cumulés, selon l’algorithme, sont un facteur de risque pour le patient de rechute ou de complications ».

La mission de  Résilience  

« Le patient voit son oncologue entre cinq et sept minutes en moyenne. C’est impossible pour lui de comprendre la maladie, le traitement, les effets secondaires. Si un oncologue voyait une fois par trimestre ses patientes – ce qui n’est pas beaucoup – il lui faut 120 rendez-vous par jour ». « Ce que l’on veut démontrer, c’est que ce support que l’on développe est comme un médicament, il va permettre de sauver des vies. Nous sommes comme un laboratoire pharmaceutique, mais digital. Nous sommes convaincus qu’avec toutes ces données, et c’est bien notre travail, on est capable de prédire le risque de toxicité d’un traitement, en fonction de qui est le patient et de ses comportements ».

« Aujourd’hui, un laboratoire développe un médicament et après son approbation, elle le distribue à un million de personnes. Nous voulons inverser cela :  on a un million de patients, et on va faire un médicament pour chaque patient. Ceci est permis grâce au digital et à la donnée ».

Des bénéfices d’une valeur inestimable

« Cela permet de fluidifier le parcours du patient qui se sent davantage accompagné, de décharger les établissements médicaux – et nous savons qu’ils connaissent tant le phénomène de grande démission – et de permettre à l’oncologue de faire son travail au moment où cela est nécessaire ».

Le canal choisi

Les outils qui relient l’oncologue et le patient, via l’application, sont très simples : sms, notifications, CRM conversationnel. « L’essentiel est de coller aux usages ». 

Sécurisation des données

« Résilience est entrepôt de données de santé. Il y a 5 entreprises qui le sont en France – Doctolib ne l’est pas, par exemple. Cela nous permet de collecter des données, de les conserver pendant 15 ans et de faire la recherche et nous nous engageons bien évidemment à ne pas les commercialiser ces données ».

Business model

« On sera remboursé comme un médicament – d’un montant de 600 euros par patient, ce qui permet d’avoir un premier business model. Ensuite notre conviction c’est qu’avec nos données, nous allons pouvoir donner au patient le meilleur traitement en fonction de qui il est ». 

« La France est précurseur : la téléconsultation est entrée dans le droit commun en 2022 ». 

Resilience s’entoure des partenaires les plus prestigieux

Gustave-Roussy est actionnaire fondateur de Résilience, avec 5% du capital au départ. “ Nous collaborons avec leurs chercheurs, et sommes désormais copropriétaires de leur étude CAPRI, l’une des premières expérimentations de télésurveillance pour le cancer. Mais nous travaillons aussi avec d’autres centres hospitaliers” 

Une levée de fonds en janvier dernier

La startup a annoncé en janvier dernier une nouvelle levée de fonds auprès de Cathay Innovation et Singular d’un montant de 40 millions d’euros, ce qui porte à 45 millions d’euros levés depuis sa création. Pour accélérer son développement la startup a déjà fait plusieurs acquisitions : 

Ana Health, plateforme de suivi de patients en oncologie et Betterise, spécialisée dans la télésurveillance et le suivi thérapeutique, en novembre dernier.

Combien sont-elles, des serial-entrepreneuses de la stature de Céline Lazorthes, avec la particularité d’épouser son époque dans sa volonté et celle de son associé  Jonathan Benhamou, de « servir les autres » ?


Zendesk a lancé la révolution de l’expérience client en 2007 en donnant aux entreprises du monde entier les moyens de se doter d’un service client en ligne. Tout à coup, les occasions de converser avec le consommateur et le client se sont démultipliées. 

Lors de son événement phare à Paris, le 9 juin, Zendesk a dévoilé de nouvelles solutions fournissant une assistance intelligente, en temps réel et basée sur les données, qui placent toujours plus les conversations au centre de la gestion de la relation client. Zendesk a rappelé à quel point le digital est aujourd’hui le meilleur moyen d’accéder directement aux consommateurs, que la simplicité est primordiale et que le relationnel est ancré dans les conversations. 

Digital, simplicité, relationnel sont exactement les piliers sur lesquels repose Résilience, la nouvelle entreprise co-créée par Céline Lazorthes.

 

 

Bouton retour en haut de la page