BusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

[SEED] FinTech: la startup française Aria lève 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Les retards de paiement font partie des problématiques majeures pour les travailleurs en freelance. Pas moins de 9 freelances sur 10 seraient confrontés à cette menace. Face à ce constat, la FinTech française Aria a développé une solution qui propose un revenu stable pour les indépendants et les freelances.

La startup lève aujourd’hui 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital, family office de Pierre-Edouard Stérin (Lafourchette.com, Smartbox…) et d’un pool de business angels. À ce financement s’ajoute une levée de dette à hauteur de 8 millions d’euros, qui porte le capital de la startup à 12 millions d’euros.

Lancé en 2019 par Clément Carrier et Vincent Folny, Aria entend permettre aux entreprises de rémunérer leurs freelances en 24h, et les aider par la même occasion à se démarquer dans un contexte de pénurie de talents. Concrètement, Aria avance les frais pour rémunérer les prestataires au plus vite, sur le modèle du Buy Now, Pay Later, en attendant que l’entreprise cliente puisse payer. La startup compte parmi ses clients des sociétés comme SThree, Kokoon, Comet, Medelse, ou Proprioo.

Une offre complémentaire aux néobanques ?

Un modèle qui pourrait séduire les TPE et PME et rassurer les indépendants et freelances. En France, on dénombre près d’un million de freelances, dont la moitié en région parisienne, soit une croissance de 145% en dix ans. Des néobanques proposent des services similaires destinés aux petites structures, à l’instar de Qonto, Memo Bank ou encre Shine. Cependant, Aria entend se positionner comme une offre complémentaire aux néobanques, en ciblant en particuliers les freelances aux petits revenus.

« Aria apporte une réponse à la fois innovante et concrète à un enjeu économique fort qui fragilise les talents et affecte la compétitivité des entreprises », commente Jérémie Bordier, Venture Partner d’Otium Capital. « Accompagner cette jeune société portée par des fondateurs avec une vision claire et des valeurs affirmées constitue donc une opportunité rare de mêler investissement et impact ».

Problème : délai et retard de paiement des factures des indépendants.

Solution : équiper les entreprises d’une solution leur permettant de régler les factures des indépendants en 24h, sans répercuter les délais et retards de paiement.

Tech : financement de factures par API et application Web.

Marché : plusieurs milliards

Clients : Comet, Medelse, Proprioo, Acracy, Sthree, etc.

Business : commission sur les paiements

Fondateurs : Clément Carrier et Vincent Folny

Création : 2019

Siège social : Saint Ouen, 93400

Secteur : FinTech

Financement : 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital, family office de Pierre-Edouard Stérin (Lafourchette.com, Smartbox…) et d’un pool de business angels (Arthur Waller, Oleg Tscheltzoff, Michael Diguet). À ce financement s’ajoute une levée de dette à hauteur de 8 millions d’euros, qui porte le capital de la startup à 12 millions d’euros.

Bouton retour en haut de la page
[SEED] FinTech: la startup française Aria lève 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital
[Serie C] Wandercraft lève 45 millions de dollars pour accélerer son développement aux Etats Unis
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?
[Série A] Retail: Hardloop lève 3 millions d’euros pour s’imposer auprès des sportifs en Europe