/ Content MarketingActualité

Next40/French Tech 120: ce qu’il faut retenir

Les entreprises composant la promotion 2021 du Next40 et du French Tech 120 viennent d’être annoncées. Pour rappel, le Next40 est constitué de 40 sociétés françaises non cotées et jugées à haut potentiel international. De son côté, le French Tech 120 intègre ces entreprises auxquelles s’ajoute 80 autres startups prometteuses. Le but est que toutes puissent bénéficier d’un accompagnement privilégié pour les soutenir dans leur besoin de développement. Pour le volet international, ces dernières sont censées, par exemple, être plus facilement intégrées au sein de délégations internationales. Qu’est-il intéressant de faire ressortir de cette deuxième édition?

Rappel des critères de sélection

Pour commencer, rappelons que la constitution du classement s’appuie sur des critères de sélection factuels:

Pour le Next40

– Les licornes françaises et les startups ayant réalisé une levée de fonds supérieure à 100 millions d’euros sur les trois dernières années sont automatiquement intégrées.

– Les autres startups sélectionnées ont enregistré un minimum de chiffre d’affaires de 5 millions d’euros lors du dernier exercice ainsi qu’une croissance annuelle de plus de 30% au cours des trois exercices précédents. 

– Elles doivent aussi disposer de leur siège en France.

– Elles ne doivent avoir réalisé d’exit.

Pour le French Tech120

–  40 startups sont sélectionnées sur des critères de croissance de chiffre d’affaires. Cette année, le montant minimal de chiffre d’affaires est passé de 8 millions d’euros l’année dernière à 14 millions pour cette promotion. 

– 40 sont choisies sur des critères de levées de fonds. La startup devait avoir levé au moins 23 millions d’euros en Equity dans les deux dernières années (contre 20 millions l’année passée).

 

Crédit: Secrétariat d’État chargé du Numérique

 

La crise n’a pas été prise en compte pour effectuer le classement

Au vu de la crise qui a secoué le pays tout au long de l’année dernière, et qui a négativement impacté les activités de certaines startups du programme, par exemple dans la mobilité, on s’attendait à ce que cela puisse avoir un impact sur la présence de certaines au sein de la nouvelle promotion. Mais ce n’est pas le cas.

En effet, c’est le chiffre d’affaires de 2019 qui a été pris en compte pour constituer la liste des startups. La raison évoquée par l’équipe du secrétaire d’État Cédric O est que tous les comptes de 2020 n’avaient pas été consolidés.

Ainsi, c’est la prochaine promotion, celle de 2022, pour qui les critères de chiffre d’affaires se feront sur ceux de la crise. Il est donc prévu que que le système de sélection soit adaptée l’année prochaine pour prendre cela en considération.

Du côté des levées de fonds, ce sont bien celles de 2020 qui ont été prises en compte.

Un taux de renouvellement de 25%

Pour cette deuxième promotion, le taux de renouvellement de l’ensemble des 120 startups atteint 25%.

Un peu plus en détail, voilà que l’on peut dire:

– Sur le French Tech 120, il y a 30 nouveaux entrants.

– 12 nouvelles startups rejoignent le Next40 dont 9 sont issues du French Tech 120.

– Certaines startups du Next40 sont devenus des French Tech 120.

Un chiffre d’affaires cumulé de près de 9 milliards d’euros

Le chiffre d’affaires cumulé des 120 startups atteint cette année 8,85 milliards milliards d’euros, soit une augmentation de 55% depuis 2017. Ce total est mené par des entreprises comme OVH ou encore Doctolib.

Plus de 37 500 personnes sont employées par ces entreprises

Ces 120 startups emploient 37 500 personnes, dont 26 000 en France. Elles ont créé 10 000 emplois nets soit pas loin des 21 500 créés au total par l’écosystème numérique. Elles prévoient d’en engendrer encore 10 000 cette année.

3 milliards d’euros levés

Les levées de fonds effectuées par ces startups ont également été plus importantes cette année. 89% d’entre elles ont été supérieures à 50 millions d’euros.

Sur les 5,4 milliards d’euros levés par les startups françaises en 2020, 3 milliards d’euros l’ont été par les startups de la promotion 2021.

L’industrie en tête

Le secteur le plus représenté est l’industrie (27%), suivent l’HeathTech/Medtech à 23% (comme l’année dernière) et la FinTech à 15% (contre 16% l’année passée). La cleantech-mobility passe de 7% à 12% en 2021.

Secrétaire d’État au numérique.

7 régions représentées

Le manque de représentation du dynamisme des startups de région avait été pointé du doigt lors de la première promotion. Cette année, le programme fait un peu mieux. Sur l’ensemble du classement, le nombre d’entreprises avec leur siège social hors d’Île-de-France reste sable à 30%. En revanche, au sein du Next40 la présence des régions augmente en passant de 4 à 7 représentées.

Cela est notamment dû aux entrées de Kinéis (Occitanie), Skeepers (Provence-Alpes-Côte d’Azur), Akénéo (Pays-de-la-Loire), Lumapps (Auvergne-Rhône-Alpes) et Exotec (Hauts-de-France).

Pour rappel, dans le programme il doit y avoir au moins 2 startups par région et une issue de l’Outre-mer.

Un peu plus de femmes fondatrices ou CEO

Cette année, sur l’ensemble des startups, 7 ont été fondées ou sont dirigées par des femmes. C’est un peu mieux que les 4 de l’année précédente.

Les nouveautés de l’accompagnement en 2021

Rapprochement avec le Conseil d’État. Une personne de cette institution sera chargée d’accompagner les stratups sur leurs enjeux règlementaires.
Le rapprochement avec Euronext avait déjà été annoncé et est confirmé. Le but étant de mieux accompagner les startups qui ont pour projet d’entrer en Bourse. Des annonces dans ce sens devraient d’ailleurs avoir lieu dans quelques mois.
Création d’un board pour accompagner les startups sur les enjeux de diversité (mixité, égalité hommes/femmes…). Celui-ci produira des recommandations et n’aura rien de contraignant. L’enjeu notamment est d’avoir plus de diversité au sein des conseils d’administration. Il sera animé par Sista, TechYourPlace et le fonds Future Positive Capital et verra la présence de certaines startups du classement.

Crédit: Secrétariat d’État chargé du Numérique.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Next40/French Tech 120: ce qu’il faut retenir
Cybersécurité: Londres appelle à une coalition internationale face à la menace d’acteurs étatiques
EdTech: Engageli lève 33 millions de dollars auprès de Maveron et Educapital
Amazon gagne en justice contre l’UE au sujet de ses rabais fiscaux au Luxembourg
Vinted lève 250 millions d’euros pour conquérir l’Europe
Tesla chute en Bourse, souffrant de chiffres de ventes décevants en Chine
E-santé: Aga Care lève des fonds pour développer son coach virtuel de bien-être