ActualitéAmérique du nordBusinessCESTech

[CES 2020] Quelles sont les grandes tendances du CES de Las Vegas ?

Après la trêve des confiseurs, la plupart des acteurs de la Tech mondiale se retrouvent à Las Vegas à l’occasion de la 53ème édition du CES du 7 au 10 janvier. Rampe de lancement de l’année à venir, la grand-messe de la technologie, mais aussi des gadgets high-tech, permet de se faire une idée des tendances qui vont s’imposer au cours des douze prochains mois. Tour d’horizon des thématiques qui seront sous les feux des projecteurs sur les 2,5 millions de mètres carrés sur lesquels va s’étaler ce salon XXL de l’autre côté de l’Atlantique.

L’entrée dans la décennie de la 5G

Habitué à donner le tempo de l’innovation, le CES 2020 marquera l’entrée dans la décennie de la 5G. Après la 4G déployée dans le monde entier dans les années 2010, cette nouvelle technologie de communication est présentée comme le nouvel eldorado des opérateurs télécoms, mais sa force de frappe va bien au-delà. Et pour cause, la 5G va impacter l’Internet des objets, l’intelligence artificielle, le streaming et bien d’autres secteurs. Il faut dire qu’avec un dix fois plus de débit, la possibilité de connecter 1 000 fois plus de terminaux en simultané et une latence 10 à 100 fois meilleure qu’auparavant, c’est un nouveau monde des possibles qui s’ouvre.

Selon Qualcomm, une vingtaine de pays ont d’ores et déjà déployé des réseaux 5G dans le monde. Le fabricant américain estime ainsi que 2,4 milliards d’abonnés peuvent théoriquement utiliser la 5G. Au total, ce sont plus de 40 opérateurs qui ont commencé à déployer cette technologie. Si l’Asie, portée par la Corée du Sud, la Chine et le Japon, est en avance sur le sujet, le chantier reste immense avec une entrée dans la phase commerciale qui n’en est qu’à ses balbutiements. Aux États-Unis, seulement 1,6 million de téléphones 5G ont été vendus, d’après la Consumer Technology Association (CTA), qui organise le CES. Cette dernière estime que cette part va rapidement grimper pour atteindre 20 millions de téléphones en 2020 et 133 millions en 2023. 

Dans ce contexte, de nombreux smartphones, ordinateurs portables et tablettes compatibles avec la 5G devraient être dévoilés au CES. Mais au-delà des smartphones, la 5G va surtout permettre la prolifération des objets connectés. Perçue comme la promesse du tout-connecté, la 5G devrait en effet provoquer une explosion de la circulation des données.

La Smart City se dévoile 

Avec l’arrivée de la 5G, le concept de Smart City devrait passer le cap de la simple illusion à celui de véritable réalité au cours de la décennie qui s’amorce. Présentée comme la solution miracle aux maux de la ville moderne, la «ville intelligente» vise à mettre les algorithmes au service des citoyens pour créer des agglomérations urbaines connectées et durables. Mobilité, santé, qualité de l’air, gestion des déchets, consommation d’énergie… Tous les pans critiques de la ville d’aujourd’hui pourraient être surveillés et améliorés avec l’apport des nouvelles technologies. 

L’idée a déjà fait largement son chemin chez Google, au travers de sa filiale Sidewalk Labs, spécialisée dans les innovations urbaines, qui prévoit de transformer à Toronto la friche portuaire de Quayside en un quartier futuriste piloté par le numérique et les données des habitants. Un projet ambitieux suscitant aujourd’hui des craintes parmi les autorités canadiennes qui s’inquiètent d’éventuelles dérives pouvant menacer la vie des privée de ce quartier d’un nouveau genre. 

En attendant la concrétisation du projet de ville futuriste de Google dans l’Ontario, d’autres initiatives seront présentées au CES de Las Vegas. C’est notamment le cas de l’opérateur sud-coréen SK Telecom qui a prévu de présenter dans le Nevada un service de cartographie permettant de collecter et d’analyser en temps réel les informations sur la circulation, grâce à des capteurs installés sur les voitures. Cette première brique technologique doit poser les bases de l’infrastructure nécessaire au bon fonctionnement des voitures autonomes dans les rues de Séoul. A noter que la fabricant allemand Bosch a annoncé en marge du CES le développement de ses propres capteurs Lidar à longue portée pour équiper des véhicules autonomes. La Smart City sera bien représentée à Las Vegas, avec un nombre d’exposants en hausse d’environ 25%. 

La 5G et les montres connectées pour basculer vers une médecine personnalisée et prédictive 

La fin des années 2010 a assisté à l’essor de la téléconsultation. Cette dernière est amenée à s’étendre très largement dans les prochaines années pour simplifier aussi bien le quotidien des patients que celui des médecins. Cependant, il ne s’agira pas de la seule tendance qui bouleverser le secteur médical. La nouvelle décennie doit en effet permettre de se rapprocher de la médecine personnalisée et prédictive avec des outils et des services qui vont révolutionner le secteur. 

Encore une fois, c’est notamment la 5G qui permettra des avancées, comme la chirurgie à distance qui nécessite des très hauts débits et une latence ultra-faible pour ne pas mettre la vie des patients en danger. De plus, la facilitation de la circulation des données dans le secteur médical va permettre aux médecins d’avoir toutes les informations nécessaires à portée de main pour prendre de meilleures décisions plus rapidement. Mais au-delà de donner davantage d’outils aux médecins pour assurer une prise en charge plus efficace des patients, les nouvelles technologies permettent à ces derniers de mieux surveiller leur activité physique grâce aux wearables. 

Les trackers d’activité et les montres connectées contribuent ainsi à la démocratisant de la santé connectée auprès du grand public. Ces nouveaux objets connectés sont en effet en mesure de détecter des troubles du sommeil et même des anomalies cardiaques. Acteur majeur sur ce secteur, le Français Withings, qui avait d’ailleurs soigné son retour sur le devant de la scène il y a un an au CES avec un tensiomètre et une montre permettant de réaliser un électrocardiogramme, va une nouvelle fois profiter du salon américain pour tirer son épingle du jeu. La start-up tricolore dévoile ainsi au CES la montre ScanWatch, qui permet de détecter la fibrillation auriculaire et l’apnée du sommeil. Cette année, il y aura une augmentation de 25% des exposants sur le segment santé et bien-être. 

La guerre des assistants vocaux bat son plein 

Une fois n’est pas coutume, c’est au CES que les GAFA vont s’affronter devant le monde entier. Ces dernières années, Google, Amazon, Facebook et Apple étaient plutôt habitués à montrer l’étendue de leur puissance et de leurs progrès à l’occasion d’événements organisés par leurs soins. Cette fois, c’est donc à Las Vegas que Google, Amazon et Apple vont tenter d’impressionner les milliers de visiteurs du CES sur une segment bien précis : celui des assistants vocaux. 

Aujourd’hui, Amazon est largement en tête sur ce marché avec son assistant Alexa qu’elle place aussi bien dans son enceinte Echo, qui domine largement sa rivale Google Home, que dans toutes sortes de produits (lunettes, voitures…). La firme dirigée par Jeff Bezos devrait profiter du CES pour accroître un peu plus son avance sur la concurrence en présentant les nouvelles avancées d’Alexa et les dernières intégrations de son assistant vocal dans pléthore de produits fabriqués par d’autres entreprises pour tenir Google à distance respectable. La filiale d’Alphabet sera également présente à Las Vegas pour vanter les performances de son assistant vocal et de ses enceintes connectées. 

Apple de retour au CES 28 ans plus tard

Si la présence d’Amazon et Google n’est pas une surprise, voir Apple au CES est un événement. Et pour cause, la firme de Cupertino sera présente officiellement pour la première fois depuis plusieurs décennies. La dernière fois, c’était en 1992. Décidé à rattraper son retard sur le marché des appareils connectés, le géant américain présentera dans la capitale mondiale du divertissement sa plateforme HomeKit, dédiée à la domotique, ainsi que des objets connectés dédiés contrôlables avec un iPhone… ou Siri. 

Depuis la création de cet assistant vocal, Apple l’a toujours exclusivement intégré dans ses propres produits : iPhone, iPad, iMac, Macbook. Jamais la firme californienne n’est sortie des sentiers battus, ce qui lui a valu d’être distancée rapidement par Amazon et Google, qui n’ont pas hésité à distribuer leur assistant vocal respectif sur des produits d’autres marques pour étendre leur écosystème. Devenue une entreprise de services à part entière l’an passé avec le lancement de son service de streaming vidéo destiné à contrer Netflix (Apple TV+), son service de jeux vidéo par abonnement (Apple Arcade), son service presse premium (Apple News+) ou encore une carte de crédit sans frais (Apple Card), la firme américaine a donc finalement décidé de changer son fusil d’épaule. L’entreprise californienne ne sera cependant pas présente en tant qu’exposant à Las Vegas mais en qualité de simple intervenant à une table ronde consacrée à la sécurité et la confidentialité. Cette dernière sera présidée par Jane Horvath, directrice en charge de la vie privée au sein de la marque à la pomme.

Fin 2019, Apple s’est allié avec Amazon et Google pour créer une norme commune pour les équipements de maison connectée. Les trois géants américains ont en effet décidé de travailler d’un commun accord avec la fondation Zigbee Alliance, créée en 2002 par des grandes marques comme Samsung, Ikea ou Legrand. Samsung devrait d’ailleurs faire des annonces au CES concernant de nouveaux téléviseurs, des technologies dans le secteur médical et un nouveau projet d’intelligence artificielle. 

La Chine discrète au CES sur fond de guerre commerciale sino-américaine

Après une année 2019 une nouvelles fois marquée par des tensions commerciales entre Pékin et Washington, la délégation chinoise sera moins impressionnante que les années précédentes à Las Vegas. Parmi les entreprises chinoises dans le viseur de Donald Trump, Huawei est celle qui a reçu les plus fortes sanctions pour des soupçons d’espionnage pour le compte du pouvoir communiste à Pékin.

Néanmoins, le géant chinois figure sur la liste des exposants, mais aucune annonce majeure de sa part n’est prévue sur le territoire américain. Outre un nombre restreint d’entreprises chinoises dans les allées du CES, les mastodontes Tencent et Alibaba ont prévu de rester en retrait, tout en espérant un accord commercial entre Pékin et Washington le 15 janvier. 

Moins de start-up françaises au CES

C’est une première depuis 2013. Le nombre de start-up françaises présentes au CES de Las Vegas va diminuer. Aux prémices de la French Tech en 2013, 54 entreprises tricolores avaient fait le voyage jusqu’au Nevada. Un nombre qui n’avait cessé de grossir au fil des ans pour atteindre 200 entreprises en 2016, 365 en 2018 et 420 l’an passé. Pour amorcer la nouvelle décennie, il n’y aura pas plus de 300 start-up françaises cette semaine à Las Vegas. Cela reste néanmoins conséquent, puisque le CES accueillera au total cette année 4 400 entreprises provenant de 150 pays.

Maintenant que la force d’attraction de l’écosystème numérique français n’est plus à démontrer dans le monde, c’est désormais la qualité à la quantité qui est privilégiée. Il faut dire que près de 40% des entreprises emmenées par Business France en 2016 ont mis la clé sous la porte depuis. Et comme le faisait remarquer Vincent Nallatamby, CEO de Tempow, à son retour de Las Vegas l’an passé, le «vrai CES» se joue dans les coulisses du salon, c’est-à-dire dans les suites des grands hôtels, où les dirigeants de grands groupes comme Samsung et Amazon reçoivent les start-up qui les intéressent. A condition d’avoir une technologie en mesure d’attirer leur attention… 

Lire aussi : 5 conseils pour réussir votre CES

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[CES 2020] Quelles sont les grandes tendances du CES de Las Vegas ?
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link