Good Morning FrenchWeb

Comment la France se dirige vers une surveillance connectée de ses ponts

Good Morning FrenchWeb, une émission animée par Joseph Postec et la rédaction de FrenchWeb

Les accidents de Gêne en Italie, puis en particulier celui de Mirepoix-sur-Tarn en France en 2019, ont fait de l’évolution des modes de surveillance des ponts une priorité. À la suite d’un appel à projets piloté par le Cerema, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, 17 projets ont été retenus pour mettre en place une surveillance connectée des ponts. Mais le travail est colossal et commence d’abord par un recensement exhaustif.

«En France, nous comptons près de 250 000 ponts. Le nombre d’ouvrages précis n’est pas connu parce que derrière ces derniers, il y a des gestionnaires qui peuvent être très différents», explique David Zambon, directeur de la direction Infrastructures de Transport et Matériaux du Cerema.

«Nous connaissons ceux des routes nationales, c’est l’État avec ses services qui en a la gestion, et ceux des autoroutes avec les sociétés d’autoroute. Mais après, il y a tout le réseau départemental où ce sont les services des conseils départementaux qui en ont la responsabilité et puis quand on passe au niveau des voies communales, cela concerne les communes ou les intercommunalités. Il existe donc un nombre très important de gestionnaires. Derrière ces 250 000 ouvrages, ce sont 35 000 gestionnaires différents. Cela ne comprend pas les ponts SNCF gérés par l’entreprise publique ou d’autres ouvrages d’une autre nature. Mais voilà la réalité: c’est un enjeu à la fois dense et avec un nombre d’acteurs responsables de ces ouvrages qui est aussi important».

Un premier travail de recensement est donc en cours. Puis, la mise en place de solutions intelligentes devrait permettre à tous les acteurs- quel que soit leur taille- de s’équiper de solutions afin qu’ils puissent mettre en place une surveillance régulière des ouvrages. Pour cela, les projets sélectionnés comprennent par exemple des solutions de capteurs, de traitement d’images, d’interprétation des signaux…

Et plus généralement, le Cerema, à travers ses missions d’ingénierie publique et d’expertise, est doté de plusieurs programmes pour accompagner les startups qui développent de nouvelles solutions dans le domaine: incubateur, test de produits…

Retrouvez l’interview complète de David Zambon, directeur de la direction Infrastructures de Transport et Matériaux du Cerema, dans l’émission.

Vous pouvez écouter l’émission Good Morning sur Apple PodcastSpotifyDeezer. Si vous appréciez l’émission, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, ou une note sur Apple Podcast. 

Si vous souhaitez participer à l’émission Good Morning FrenchWeb, n’hésitez pas à nous contacter: redaction@decode.media

L’actualité à retenir

En 2017, Benjamin Rossillon lançait Salty, une marque de mobilier et décoration dans l’univers du surf. Malgré des débuts encourageants, la société a décidé de changer complètement d’approche en 2019 pour devenir une véritable DNVB. Pourquoi un tel choix ? Benjamin Rossillon, le fondateur de Salty, nous explique…

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur FrenchWeb.

Les événements à ne pas manquer

Organisez votre webinar sur FrenchWeb.fr 

Les offres d’emploi :

 
Nos partenaires emploi: Altaide / Michael Page / Spring

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Comment la France se dirige vers une surveillance connectée de ses ponts
Marketing mobile: quelles tendances pour 2021?
Pet Food: la DNVB Ultra Premium Direct passe à la vitesse supérieure
Cyberattaques: comment les petites entreprises peuvent se protéger
Sorti du giron d’Adeo (Leroy Merlin), Tikamoon vise 100 millions d’euros de chiffre d’affaires dans deux ans
Comment rajeunir l’image d’un secteur jugé poussiéreux? L’exemple des matelas avec Tediber
Alimentaire: comment le Covid-19 et le numérique ont modifié la manière de consommer