ActualitéBusinessCarTechEuropeTransport

Volkswagen: 4 000 emplois en moins pour sa transformation digitale

Bientôt quatre ans après l’éclatement du “dieselgate”, Volkswagen, marque principale du groupe Volkswagen AG (également Audi, Bentley, Bugatti, Ducati, Lamborghini, Man SE, Porsche, Seat, Cupra, Škoda, Scania, Ionity) cherche toujours à accroître sa rentabilité après plusieurs années de déclin. Cela, avec un plan de transformation qui impactera une partie de ses effectifs.

4 milliards de dollars pour la digitalisation

Volkswagen va investir jusqu’à 4 milliards de dollars d’ici à 2023 pour la digitalisation de ses tâches administratives et de sa production, a annoncé mercredi le constructeur automobile allemand. Dans le processus, près de 4 000 emplois administratifs, principalement en Allemagne, vont être supprimés. “Au moins 2 000 nouveaux emplois liés à la digitalisation vont être créés”, a également annoncé le constructeur de Wolfsburg. Aucun départ contraint ne devrait en outre avoir lieu jusqu’en 2029.

En mars dernier, Volkswagen avait indiqué son intention de supprimer 7 000 emplois d’ici 2023 dans le cadre d’un plan de réduction des coûts. Celui-ci devait lui permettre de stimuler la productivité et d’économiser 5,9 milliards d’euros par an pour la marque.

Le “dieselgate” de Volkswagen, une affaire qui a éclaboussé l’industrie entière

Volkswagen s’est investi dans une feuille de route pour la transformation digitale à la suite du scandale des moteurs diesel truqués, le fameux “dieselgate”. Révélée en septembre 2015, l’affaire avait vu la maison-mère Volkswagen AG admettre le développement, puis l’utilisation d’un logiciel fraudeur sur au moins 11 millions de véhicules. Il leur permettait de tromper les contrôles d’émissions d’oxydes d’azote des véhicules aux Etats-Unis et en Europe.

L’affaire avait éclaboussé l’industrie automobile entière, d’autres constructeurs comme BMW ayant reconnu avoir équipé leurs véhicules d’un logiciel similaire. Le “dieselgate” n’avait toutefois pas empêché le groupe de doubler son bénéfice net dès 2017.

La voiture électrique, plus simple à produire et mois gourmande en main d’oeuvre

Aujourd’hui, Volkswagen cherche toujours à redorer son blason en “conformant l’entreprise à l’ère numérique de manière durable”, selon les mots mercredi du chief operating officer de la marque Volkswagen, Ralf Brandstaetter. Un plan qui passe aussi par des investissements dans la voiture électrique, plus simple à produire que les véhicules à moteur thermiques et moins gourmand en main d’oeuvre. D’ici à 2025, Volkswagen espère devenir le premier producteur de voitures électriques dans le monde.

La marque Volkswagen représente environ la moitié des livraisons de véhicules du groupe. Elle emploie près de 185 000 personnes sur un total de près de 663 000. L’année dernière, la marque a enregistré une marge opérationnelle en baisse à 3,8%, quand des constructeurs comme Peugeot faisaient état d’une marge opérationnelle de 8,4%.

Une alliance Volkswagen-Amazon et un service de carsharing

Plus tôt cette année, la marque avait par ailleurs annoncé une alliance avec Amazon pour connecter ses usines. Le système, baptisé « Volkswagen industrial Cloud », doit rassembler l’ensemble des données des machines et systèmes des 122 usines du groupe, notamment les logiciels de gestion des plannings et des entrepôts. La marque coopère également avec le géant informatique Microsoft pour créer la « Volkswagen Automotive Cloud », afin de réunir l’ensemble des services en ligne du groupe, de la mise à jour automatique des logiciels à l’autopartage.

Enfin, en juillet 2018, Volkswagen avait annoncé le lancement d’un service de carsharing composé uniquement de véhicules électriques. La plateforme, appelée “We”, a d’abord été lancée en Allemagne, avant d’être déployée en Europe, Amérique du Nord et Asie. Le constructeur allemand avait déjà lancé une marque destinée aux nouvelles mobilités MOIA, positionnée sur le marché du VTC et du covoiturage.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Copy link