Good Morning FrenchWeb

Retail: 6 mois après son lancement, 900.care lève 10 millions d’euros

Good Morning FrenchWeb, une émission animée par Joseph Postec et la rédaction de FrenchWeb

Les marques retail qui savent à la fois innover sur les produits, les modes de distribution et la communication peuvent très vite prospérer, l’enjeu étant ensuite de réussir à durablement s’imposer sur le marché. Nouvelle illustration de cette rapidité de développement avec 900.care. La marque d’hygiène/beauté spécialisée dans les produits rechargeables et naturels, vendus notamment sous la forme d’un abonnement, annonce une levée de 10 millions d’euros en seed, un peu plus de six mois seulement après son lancement.

Le tour de table a été réalisé par White Star Capital, Founders Future, 360 Capital, et plusieurs business angels comme Lawrence Leuschner (Tier Mobility), Thibault Lamarque (Castalie) ou encore Anne-Carole Coen (CMO de Swile).

100 000 pré-commandes en crowdfunding

Propulsé par deux campagnes de crowdfunding sur Ulule et KissKissBankBank où son projet a été respectivement financé à 13 302% et 21 083% sur un objectif de 300 préventes à chaque fois, 900.care a pu partir de cette base de clients et ces plus de 100 000 précommandes pour officiellement lancer ses produits sur le marché en décembre 2020.

«Le crowdfunding a été une belle preuve du concept. C’est notamment cela qui nous a permis de lever ce tour aussi rapidement après le début de notre commercialisation», explique Aymeric Grange, co-fondateur de 900.care. «La deuxième chose qui est hyper importante pour nous est que cela permettait de fédérer une communauté et d’avoir vraiment une démarche de co-création. Ainsi, depuis juin 2020, nous avons des personnes fans du projet qui nous abreuvent d’idées et de retours constructifs».

Vente en ligne, abonnement et présence chez Monoprix

Quel est exactement ce concept développé par la marque? 900.care fait partie de ces enseignes «purpose-driven». La cause embrassée par cette dernière est de contribuer à réduire l’utilisation de plastique à usage unique dans la salle de bain. Pour cela, elle propose pour chaque produit un flacon réutilisable et durable, en plastique recyclé, que les clients alimentent ensuite avec des recharges. Pour l’instant, sa gamme compte un gel douche et une mousse nettoyante en bâtonnets à dissoudre, du dentifrice en pastilles à croquer et un déodorant en stick rechargeable. Elle revendique également des produits naturels et Made in France.

Côté distribution, les clients peuvent acheter les produits en ligne, souscrire à un système d’abonnement – dont ils choisissent la fréquence- ou passer par les points de vente Monoprix où la marque est distribuée dans 135 magasins depuis avril 2021. 900.care ne communique pas sur son nombre de clients au total, mais côté abonnés elle en revendique 20 000. La startup ne donne pas de chiffre sur comment cela se traduit en chiffre d’affaires ni sur ce qu’elle vise pour sa première année.

Recrutements et élargissement de la gamme à venir

Si 900.care a su se construire une première base intéressante de clients, l’entreprise évolue sur un segment, la beauté-hygiène, déjà bien représenté en matière de marques zéro déchets avec des enseignes comme Unbottled, Lamazuna ou encore Pachamamaï. Pour Aymeric Grange, ce qui différencie notamment 900.care est que la startup s’adresse aux «écolos imparfaits ou débutants».

«Quand nous sondons notre base, nous nous rendons compte que plus de 70% de nos clients se définissent ainsi. Ce sont des gens qui sont sensibles à l’écologie mais qui ne sont pas prêts à faire de gros sacrifices en termes d’expérience. Notre démarche est de leur permettre de garder le même confort d’utilisation, en ayant un impact moindre sur la planète. Le produit qui symbolise le mieux cela est notre gel douche. Nous aurions pu lancer un pain de savon comme beaucoup de marques l’ont fait. Nous avons choisi à la place de lancer un gel douche en bâtonnets à dissoudre. L’intérêt est de conserver tout le confort d’utilisation du gel douche», explique Aymeric Grange.

Avec ce tour de 10 millions d’euros, 900.care prévoit de recruter une quinzaine de personnes, des profils Tech et stratégiques, d’accélérer sa communication, la R&D, et d’étendre sa gamme. L’entreprise est également en cours de certification pour devenir une B-Corp.

A quoi ressemble la stratégie social media de 900.care? Comment l’entreprise voit-elle son modèle de distribution évoluer? Quels conseils pour les jeunes marques qui veulent se lancer dans une campagne de crowdfunding? Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Aymeric Grange, co-fondateur de 900.care, dans l’émission.

Vous pouvez écouter l’émission Good Morning sur Apple PodcastSpotifyDeezer. Si vous appréciez l’émission, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, ou une note sur Apple Podcast. 

Si vous souhaitez participer à l’émission Good Morning FrenchWeb, n’hésitez pas à nous contacter: redaction@decode.media

L’actualité à retenir

De simple service de covoiturage au départ, BlaBlaCar s’est mué ces dernières années en véritable plateforme multimodale de mobilité. Un changement de paradigme qui a permis à la licorne française de se réinventer en diversifiant son activité. Nicolas Brusson, co-fondateur et CEO de BlaBlaCar, nous explique comment cette nouvelle vision s’est imposée…

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur FrenchWeb.

Les événements à ne pas manquer

Organisez votre webinar sur FrenchWeb.fr 

Les offres d’emploi :

 
 
Nos partenaires emploi: Altaide / Michael Page / Spring

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Retail: 6 mois après son lancement, 900.care lève 10 millions d’euros
Comment favoriser la créativité en entreprise?
Tourisme: comment adapter son offre aux télétravailleurs nomades?
Comment penser son commerce physique et en ligne avec le zéro déchet
Comment Respire s’appuie sur sa communauté pour co-créer ses produits
Comment Krys Group a refondu ses sites Internet pour s’adapter aux nouvelles attentes des clients dans l’optique
Pourquoi la génération Z est-elle adepte de la seconde main?